«La vulnérabilité signifie que ces enfants sont plus à risque d'éprouver des difficultés d'apprentissage scolaire et d'adaptation sociale plus tard», mentionne Manon Noiseux, agente de planification à la Direction de la santé publique de la Montérégie.

Développement à la maternelle : le quart des enfants sont vulnérables

Tous les parents se demandent, lorsqu'ils laissent leur enfant à sa première journée à la maternelle, si celui-ci est bel et bien prêt pour cette grande étape. Or, pour le quart d'entre eux, il semble que ce ne serait pas le cas. Une étude réalisée en 2012 démontre que 27% des enfants vivant sur le territoire desservi par le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Haute-Yamaska sont considérés comme vulnérables dans au moins un domaine de leur développement lors de leur entrée à la maternelle, soit juste un peu plus que la moyenne provinciale qui se situe à 25,6%.
C'est ce que révèlent les résultats régionaux d'une vaste enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle, visant tous les enfants fréquentant une maternelle à temps plein dans les écoles francophones et anglophones, publiques et privées, du Québec durant l'année scolaire 2011-2012.
«Cette étude a été réalisée à partir d'un questionnaire d'une centaine de questions pour chaque enfant, rempli par les enseignants entre les mois de février et mai 2012, donc à un moment où les enseignants connaissent bien les enfants, et sur des comportements facilement observables», explique Manon Noiseux, agente de planification, programmation et recherche à la Direction de la santé publique de la Montérégie.
Tous les détails dans notre édition de vendredi