Théâtre de deux collisions, dont une mortelle, au cours des dernières semaines, l’intersection de la route 241 et du 8e Rang devrait être sécurisée, croit la municipalité.

Deux zones à sécuriser à Saint-Joachim-de-Shefford

Un feu clignotant permettrait de rendre l’intersection de la route 241 et du 8e Rang plus sécuritaire, croient les élus de Saint-Joachim-de-Shefford.

Ce croisement a été le théâtre de deux accidents, dont un mortel, au cours des dernières semaines.

« Il y a déjà eu d’autres accidents à cet endroit dans le passé. On avait fait une demande au ministère des Transports, mais seuls des panneaux d’arrêt plus gros avaient été installés. Un clignotant serait plus efficace », avance le maire René Beauregard.

Une résolution a été adoptée en ce sens lors de la séance ordinaire du 12 juin dernier. Une demande officielle au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports sera acheminée à Québec cette semaine.

À ce carrefour, seuls les automobilistes en provenance du 8e Rang ont un arrêt obligatoire, contrairement à ceux qui circulent sur la route 241.

Le 14 mai dernier, le véhicule utilitaire sport d’un couple de Saint-Joachim-de-Shefford avait été embouti par un camion-remorque à l’intersection. Le conducteur du VUS avait péri dans l’accident, alors que sa passagère avait subi de graves blessures.

Une autre collision avait eu lieu au même endroit, le 7 juin, dans des circonstances similaires. Cette fois, trois personnes avaient subi des blessures.

Dans les deux cas, une première voiture aurait tourné pour s’engager sur la route 241 alors qu’un second véhicule s’y amenait en direction de Waterloo.

D’un côté, un feu clignotant rouge rappellerait clairement aux automobilistes la présence d’un arrêt sur le 8e Rang Ouest et Est, tandis qu’un jaune inciterait les conducteurs à ralentir et à ouvrir l’œil sur la route 241.

Zone scolaire
Le conseil municipal demande également au ministère des Transports de sécuriser la zone entourant l’école primaire.

Situé en plein cœur du village, dans la rue Principale, l’établissement nécessite quelques modifications pour assurer aux enfants des déplacements à l’abri du danger.

La direction de l’école Centrale, appuyée par la municipalité, estime que la zone de 30 km/h devrait être allongée jusqu’au 1er Rang.

Elle souhaite également que les aires de stationnement situées face à l’école, de part et d’autre de la rue Principale, ne soient pas accessibles aux automobilistes durant l’année scolaire.

Cela éviterait aux enfants d’avoir à circuler dans la rue, à travers les voitures, fait remarquer la directrice Lysanne Legault.

En attendant la réponse du gouvernement, la direction s’est assurée en cours d’année de sensibiliser les élèves aux risques. Elle a aussi requis une plus grande présence de la Sûreté du Québec aux abords de l’école.

Accotement
Selon René Beauregard, la municipalité aimerait par ailleurs élargir l’accotement de la rue Principale — entre le bureau municipal et la Coop au Cœur du village — de façon à assurer une meilleure sécurité aux piétons.

« Il y a une problématique liée à la vitesse à cet endroit », s’inquiète le maire.