Gisèle Beaumont et Ronald Rondeau ont fait une demande de transfert à la Légion royale canadienne de Waterloo après la fermeture de celle de Granby, mais ils ont essuyé un refus.

Deux vétérans dénoncent le refus de leur transfert à Waterloo

Deux anciens militaires se retrouvent sans légion pour les aider depuis un an. En ce jour du Souvenir, Gisèle Beaumont et Ronald Rondeau dénoncent que leur transfert à la filiale de Waterloo ait été refusé après la fermeture de la Légion royale canadienne de Granby.

La Légion de Granby a été fermée en 2016. Depuis, les vétérans qui y étaient membres ont fait des demandes à des filiales de la région ou même ailleurs. Seuls Mme Beaumont et M. Rondeau ont toutefois placé une demande à Waterloo.

« Ça nous accommodait d’aller à Waterloo plus qu’ailleurs parce qu’on allait déjà à leurs activités », souligne Mme Beaumont en entrevue à La Voix de l'Est.

Le président de la Légion de Waterloo, Daniel Saint-Germain, confirme avoir reçu seulement deux demandes et qu’elles ont été refusées à la suite du vote d'une quinzaine de membres présents lors d’une assemblée.

Les deux principaux intéressés ont appris la nouvelle de vive voix lors d’une activité et ils ne savent toujours pas pourquoi. M. Saint-Germain affirme ne pas en connaître les raisons.

 « On ne comprend pas pourquoi, déplore M. Rondeau. J’ai été membre de quatre Légions, deux en Colombie-Britannique, une en Ontario et ici à Granby quand je suis revenu au Québec. À Waterloo, on a été refusé, mais pourquoi? Je n’ai jamais eu de désaccord ou des sanctions dans les autres légions. »

Une plainte a été placée à la direction du Québec et à la direction nationale, mais le processus de vote a été respecté, répond M. Saint-Germain.

Tous les détails dans l’édition de lundi.