Le suspect a brisé la vitre de la porte du salon de coiffure de la rue Denison Est pour s’introduire dans le commerce et y voler l’argent de la petite caisse.

Deux salons de coiffure cambriolés à Granby

Des salons de coiffure sont la cible d’un voleur qui cause non seulement des dommages à leur commerce, mais qui vole également l’argent de leur petite caisse. Au moins deux cambriolages sont survenus à Granby cette semaine. Un vol similaire a également été perpétré du côté de Saint-Césaire en janvier.

« Ça s’est fait dans un court délai », raconte Marylla Gravel, l’une des coiffeuses qui travaille au salon Le Prisme Coiffure. Le commerce de la rue Denison Est a reçu la visite d’un cambrioleur, tard mardi soir. Le suspect s’est introduit par un petit espace qu’il s’est créé en brisant la vitre de la porte d’entrée.

Une fois à l’intérieur, il a mis la main sur l’argent. « La réception est près de la porte d’entrée et il a volé l’argent de nos tiroirs-caisses », raconte Marylla Gravel. Le système d’alarme, relié à une centrale, s’est déclenché. À l’arrivée des policiers, le voleur avait déjà pris la poudre d’escampette.

Un autre salon de coiffure, situé dans la rue d’Ottawa, a également reçu la visite d’un cambrioleur, possiblement mardi soir ou dans la nuit. Ce n’est qu’en matinée mercredi que le vol a été constaté.

En plus du vol, les commerçants ont subi des dommages à leur porte.

Le porte-parole du Service de police de Granby, Daniel Tanguay, confirme qu’une enquête est en cours dans cette affaire. Aucun détail n’a été dévoilé par le corps policier jeudi. L’agent Tanguay affirme qu’il ne s’agit pas de vols en série. À ce jour, aucune arrestation n’a été effectuée.

Un vol à Saint-Césaire
Un salon de coiffure situé à Saint-Césaire a aussi été victime d’un vol similaire, à la mi-janvier. Le suspect a défoncé la porte d’entrée en verre pour s’introduire dans le commerce qui a pignon sur la route 112. Une fois à l’intérieur, il a fait main basse sur les caisses. La Sûreté du Québec dans Rouville fait enquête. La Voix de l’Est a tenté de savoir si d’autres crimes similaires avaient été perpétrés dans la MRC Rouville, mais le corps policier n’a pas donné suite à la demande.