On voit ici un plan des demeures projetées au 121 et 125, rue de L’Islet à Bromont.

Deux projets sous surveillance sur la rue de l’Islet à Bromont

Des résidants de la rue de L’Islet à Bromont se disent préoccupés par l’éventuelle construction de deux demeures dans le secteur, nécessitant la subdivision d’un lot ainsi que la démolition d’un bâtiment. Le sujet a suscité l’intervention de citoyens lors de la récente séance du conseil.

« On a une petite rue qui n’est pas large. On a plusieurs arbres sur le terrain en question. Moi et les autres résidants de cette rue avons une inquiétude importante par rapport à la coupe d’arbres pour permettre la construction de deux maisons », a indiqué aux élus Pierre-Yves Pagé lors de la période de questions initiale. 

Le Bromontois remet également en cause l’homogénéité de tels projets dans le quartier. « Sur la rue de L’Islet, il y a des maisons champêtres, des chalets et des maisons typiques de Bromont, a-t-il mentionné. On a eu vent que les maisons qui s’en viennent sont modernes et que ça aurait [un impact] sur le cachet. »

Trois autres résidants du secteur ont pris la parole durant la séance du conseil, appuyant les propos de M. Pagé.

En fait, quatre points liés aux deux projets de construction étaient à l’ordre du jour. Tous ont eu l’aval des élus. 

Le premier concerne la subdivision du lot. Deux autres ont pour objet l’approbation de plans, assujettis au règlement relatif aux plans d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA). Parmi les conditions, il est exigé « qu’un plan d’aménagement paysager complet, qui comprend la plantation d’espèces végétales indigènes, soit préparé et soumis pour approbation par le directeur de l’urbanisme avant l’émission du permis de construction. » Le dernier point est purement technique. Il s’agit d’une dérogation mineure permettant la subdivision du terrain pour respecter les normes de lotissement.

Valeur ajoutée

Conscient des inquiétudes des citoyens à propos de l’intégration de deux nouvelles demeures dans le quartier, le directeur général de Bromont, Éric Sévigny, s’est voulu rassurant. 

« Un propriétaire peut subdiviser un terrain. C’est compatible avec les objectifs du plan d’urbanisme, qui vise une certaine densification. [...] En ce qui concerne l’intégration au couvert végétal, je pense que le projet prend ça en considération. Ça a été conçu par un architecte de renom » a-t-il expliqué lundi à l’auditoire.

Selon Éric Sévigny, le projet sera une plus-value pour le secteur. 

« Les maisons contemporaines ne laissent personne indifférent. Souvent, une fois que c’est construit, on voit que les maisons se fondent dans le paysage. [...] Il faut s’ouvrir et ne pas avoir peur. Ça aura un effet intéressant sur la valeur des résidences autour. Dans le secteur, lorsque les chalets ou les maisons sont rénovés, on veut leur donner une allure contemporaine. Pour toutes ces raisons, on pense que c’est un bon projet », a-t-il mentionné en entrevue.

Comme un bâtiment érigé sur le site actuel devra être démantelé pour permettre d’y construire deux demeures, les demandes des propriétaires sont conditionnelles à l’acceptation du comité de démolition. Celui-ci est composé de trois élus, soit le maire Louis Villeneuve ainsi que les conseillers municipaux Michel Bilodeau et Jacques Lapensée. Une séance publique aura lieu en ce sens le 22 janvier à 15 h 30 à l’hôtel de ville de Bromont. Les citoyens qui le désirent pourront alors faire valoir leurs points avant que le comité tranche dans le dossier.