Contrairement aux dernières années, le stationnement de nuit sera permis dans les rues cet hiver, lorsqu’aucune opération d’entretien ne sera planifiée. Un projet pilote a été annoncé lors de la dernière séance du conseil municipal.
Contrairement aux dernières années, le stationnement de nuit sera permis dans les rues cet hiver, lorsqu’aucune opération d’entretien ne sera planifiée. Un projet pilote a été annoncé lors de la dernière séance du conseil municipal.

Deux projets pilotes hivernaux à Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
D’importants changements sont à prévoir à Granby en matière de déneigement. Deux projets pilotes seront ainsi réalisés cet hiver. À commencer par le stationnement de nuit dans les rues, qui sera permis lorsqu’aucune opération d’entretien ne sera planifiée.

Le maire, Pascal Bonin, a longtemps été opposé à l’idée. Mais celle-ci a fini par faire son chemin.

«Ça faisait plusieurs années que c’était demandé. On y va avec un projet pilote. On essaie à travers la municipalité, pas juste dans un quartier. (...) On a une alerte citoyenne. On est prêts technologiquement à le faire. Voyons où ça va nous mener. Why not!», a-t-il fait valoir en mêlée de presse au terme de la récente séance du conseil municipal.

Dans les faits, il sera de la responsabilité des citoyens de s’assurer qu’aucune interdiction de stationner n’a été décrétée par la Ville. À cet effet, ils pourront consulter le site Internet de la Ville au granby.ca/deneigement. Celui-ci sera mis à jour à 17h, lorsqu’il y aura une opération de déneigement.

Il sera aussi possible de recevoir l’information par téléphone, mobile, SMS ou courriel, grâce à la plateforme Alerte citoyenne, aussi disponible sur le site Internet de la Ville. Des messages seront en outre diffusés sur les panneaux numériques disposés aux portes de la municipalité.

Les véhicules qui se trouveront dans la rue lorsque le stationnement sera interdit seront remorqués aux frais du propriétaire et un constat d’infraction lui sera remis.

Au fil des dernières années, plusieurs citoyens ont plaidé en faveur du stationnement de nuit dans les rues. En septembre dernier, Laurent Grothé-Dufresne et son père Martin Dufresne ont déposé une pétition en faveur d’une révision de la réglementation du stationnement de nuit l’hiver et proposé la mise en place d’un projet pilote dans un quartier de la Ville.

Autre projet pilote

Un autre projet pilote sera par ailleurs mis en place, mais celui-ci vise à maximiser l’efficacité des opérations de déneigement et à diminuer leur impact sur l’environnement.

Granby expérimentera ainsi le soufflage de la neige sur les terrains où un trottoir est dégagé plutôt que son chargement dans les camions.

La Ville s’appuie sur les résultats d’un sondage réalisé par la firme Léger au début de l’année 2020 pour mettre en oeuvre cette nouvelle façon de faire. Environ 66% de la population y aurait donné son aval.

Selon la Ville, cela permettra «un dégagement plus rapide en bordure des rues, ce qui aura un impact sur le déglaçage des trottoirs et diminuera les risques d’accumulation d’eau entre les redoux et les gels rapides».

La Ville de Granby a annoncé deux projets pilotes en matière de déneigement.

Pas moins de 70 km sur les 122,52 km du réseau pourraient être déneigés avec ce procédé.

Ajustements

La Ville fait par ailleurs valoir que le soufflage de la neige sur les terrains permettra notamment de diminuer le nombre d’allers-retours des camions vers le dépôt à neige. «Il faut comprendre que le ramassage de la neige, c’est ce qui coûte très cher. Et si on est capable de sauver des sous, on pourra donner des services supplémentaires, dont des portions qu’on nous demande de déneiger et qu’on ne pouvait pas faire avant», dit le maire.

Celui-ci précise néanmoins que si les accumulations se font très abondantes cet hiver, une opération d’enlèvement de la neige pourra aussi être réalisée.

Cette nouvelle façon de faire pourrait par ailleurs permettre de diminuer les quantités d’abrasifs et de sels utilisés chaque année, est-il souligné.

«Ce sera notre premier hiver avec ce mode de fonctionnement et tout ne sera pas parfait, nous en sommes conscients. Mais on va suivre les opérations de très près et apporter les ajustements pour bonifier le projet au fur et à mesure de son avancement. Nous allons être à l’écoute des besoins», a affirmé par voie de communiqué le directeur des travaux publics, François Méthot-Borduas.

Le maire Bonin a d’ailleurs salué le travail réalisé par celui-ci, ainsi que son équipe, pour l’élaboration de ces deux projets pilotes.

«Le mélange de la COVID, de l’environnement et de la limite opérationnelle fait en sorte qu’il faut qu’il y ait des mouvements. Toutes les villes ont échappé au cours des dernières années de sections de déneigement à cause de la météo qui est extrêmement difficile. Il faut essayer des choses», estime Pascal Bonin.

D’importantes campagnes de communication seront réalisées au cours des prochaines semaines afin d’informer les citoyens des changements à venir, précise-t-il.