À Sainte-Angèle-de-Monnoir, Denis Paquin compte briguer un second mandat comme maire, lui qui a été conseiller municipal de 2013 à 2017.
À Sainte-Angèle-de-Monnoir, Denis Paquin compte briguer un second mandat comme maire, lui qui a été conseiller municipal de 2013 à 2017.

Deux maires déjà sur la ligne de départ dans Rouville

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Dans la MRC de Rouville, plusieurs maires ont déjà annoncé leurs couleurs.

À Sainte-Angèle-de-Monnoir, Denis Paquin compte briguer un second mandat comme maire, lui qui a été conseiller municipal de 2013 à 2017. « J’ai des échos positifs, je crois que les citoyens sont satisfaits du travail que fait le conseil municipal actuel. À moins d’un revirement important de situation, c’est dans mon intention de solliciter un nouveau terme », a-t-il confié à La Voix de l’Est.

Celui-ci indique avoir « plusieurs chaudrons sur le poêle ». « Il y a tellement de projets, à la taille de notre municipalité, qu’on doit réaliser, détaille-t-il. Les projets entamés avant l’élection vont se poursuivre tout autant par la suite, et j’aimerais être là pour le faire. Dans les faits, la vie municipale se déroule en continu et s’interrompt une fois tous les quatre ans pour les élections. Il faut continuellement penser à la suite. »


L'actuel maire d'Ange-Gardien, Yvan Pinsonneault

Son collègue d’Ange-Gardien, Yvan Pinsonneault, songe lui aussi à demander une fois de plus l’appui de ses concitoyens. Complétant son second mandat comme maire en 2021, il compte aussi 30 ans d’expérience à titre de conseiller municipal derrière la cravate. « Si les citoyens veulent bien me réitérer leur confiance l’an prochain, pourquoi pas? J’ai la santé, tout va bien, et surtout, j’ai encore le feu sacré. Il y a encore beaucoup de choses que je souhaite accomplir pour ma municipalité et de défis que je souhaite relever », explique celui qui souhaite tout de même côtoyer son éventuelle relève, puisqu’il compte laisser la ville entre de bonnes mains au moment de se retirer.

Pour leur part, les maires de Saint-Césaire et de Rougemont, Guy Benjamin et Michel Arseneault, n’ont pas souhaité se prononcer sur la question. Selon eux, il est encore trop tôt pour décider de leur avenir politique, ont-ils fait savoir à La Voix de l’Est. Même son de cloche du côté de Robert Vyncke, qui occupe la mairie de Saint-Paul-d’Abbotsford depuis 2016.