Fanny-Ysa Breton et Hélène Plante codirigeront Commerce Tourisme Granby région, dont le conseil d’administration est présidé par le conseiller municipal Alain Lacasse.

Deux directrices plutôt qu’une pour Commerce Tourisme Granby région

Ce n’est pas une, mais bien deux personnes qui succéderont à Sylvain Gervais, à la tête de Commerce Tourisme Granby région (CTGR). Hélène Plante et Fanny-Ysa Breton assureront désormais la codirection générale de l’organisme.

Les deux nouvelles codirectrices sont déjà à l’emploi de CTGR. La première veille au développement touristique, la seconde à la coordination des événements commerciaux. Hélène Plante ajoutera ainsi la gestion de l’organisme (budget et conseil d’administration) à ses tâches, tandis que Fanny-Ysa Breton supervisera le volet opérationnel (gestion des employés et développement commercial).

C’est donc une toute nouvelle structure de Commerce Tourisme Granby région qu’a présenté mardi, à l’occasion d’un point de presse, le président du conseil d’administration et conseiller municipal, Alain Lacasse.

« Ce n’est pas que l’ancienne structure n’était pas bonne. Par contre, on a remarqué qu’on a plus besoin, à Granby, d’un démarcheur que d’un directeur général », a fait valoir M. Lacasse, en soulignant les compétences d’Hélène Plante et de Fanny-Ysa Breton, déjà en place, pour assumer la direction de l’organisme.

L’équipe sera ainsi complétée prochainement par un conseiller en développement commercial, qui aura entre autres pour mandat d’attirer de nouveaux commerces, des bannières. Le poste est affiché depuis mardi. Le processus d’embauche se déroulera rondement.

Inspirées

Selon Hélène Plante, l’idée d’une direction bicéphale a été lancée par Sylvain Gervais, qui a quitté ses fonctions après avoir assumé durant trois ans la direction générale de CTGR. Et elle a rapidement rallié les deux principales intéressées, qui y ont vu une façon d’innover.

Selon Mme Plante, le conseil d’administration a accepté à l’unanimité la répartition des tâches de la direction générale. « Avec chacune nos champs d’expertise acquis dans nos expériences de travail antérieures, on est super inspirées pour prendre notre envol et poursuivre nos mandats qu’on connaît très bien », dit celle qui occupait la direction du parc national de la Yamaska avant de se joindre à l’équipe de CTGR en mars dernier.

« C’est un modèle d’affaires qu’on a vu ailleurs, qui fonctionne. [...] On se sent appuyées par tout le monde. On sent qu’on a une poussée pour aller de l’avant », renchérit Fanny-Ysa Breton qui, elle, est entrée en fonction en juillet.

Selon le duo, cette nouvelle structure permettra à l’équipe de « décloisonner » ses activités. « Le constat qu’on avait, c’est que le tourisme travaillait pour le tourisme et les événements commerciaux étaient ensemble. On veut mixer tout ça pour s’assurer d’avoir un effet de levier plus grand », note Hélène Plante.

Vent de fraîcheur

Éventuellement, un agent de soutien aux opérations se joindra également à l’équipe, qui inclut l’agente de développement, Véronique Authier, et l’agente aux communications et marketing, Catherine Marcotte. Le projet de revitalisation du centre-ville appelé à se déployer d’ici 2022 sera un des mandats importants de CTGR.

« Je vois des gens impliqués, qui en veulent plus et qui veulent faire une différence. Pour moi, c’est un vent de fraîcheur qui souffle très fort », affirme pour sa part le maire, Pascal Bonin.

Celui-ci espère que l’énergie qui anime CTGR et ses partenaires se communiquera aussi aux commerçants. « Ils font aussi partie du succès du centre-ville et de ce qui s’en vient. Il faut qu’ils se sentent plus impliqués », dit le maire, qui souhaite que CTGR organise des rencontres de façon régulière avec les commerçants.

À l’instar d’un modèle privilégié dans d’autres villes, la fusion des activités de CTGR et de Granby Industriel au sein d’un seul organisme a été analysée. Mais elle n’a pas été retenue, dit le maire.

Selon lui, chacun des organismes a sa vocation, sa mission et ses préoccupations : le démarchage de nouveaux commerces pour l’un et le recrutement de main-d’œuvre pour l’autre. « Granby Industriel va très bien. Mais il n’a aucune expérience en tourisme et en événements commerciaux. Il n’y a pas non plus de disponibilité dans ses locaux. Ce n’est pas un fit naturel », dit M. Bonin.