En haut, de gauche à droite : Jocelyn Dupuis, Mathieu Brodeur, Marie Hébert, Vicky Grenier et Marie-France Roussel. En bas, de gauche à droite : Alyona Boulanger, Omar Khadir et Thomas Champoux

Deux Croque-livres pour l'école des Bâtisseurs

L’école des Bâtisseurs rend hommage à la lecture en accueillant dans son enceinte deux nouveaux Croque-livres. Ces petites cabanes, décorées « aux couleurs de l’école », permettent un échange de bouquins selon le principe « prends un livre ou donne un livre ».

« On apporte un livre de la maison, qu’on a lu, qu’on ne veut plus, et on le dépose dans le Croque-livres et en échange, on a le droit de prendre un livre qui se trouve dedans », explique le directeur de l’école, Mathieu Brodeur.

L’instigatrice du projet, Marie Hébert, voulait offrir un autre choix d’activité aux enfants qui ne s’intéressent pas aux sports, lors de la récréation. « Les élèves sont très intéressés par la lecture. Je me suis dit que ce serait le fun que les enfants puissent sortir un livre à l’extérieur, lire un petit peu et remettre le livre », ajoute celle qui est parent-bénévole à la bibliothèque de l’école, et dont les deux filles, Aurélie et Ariane, adorent la lecture.

Appui

Pas un, mais deux Croque-livres ont pu être achetés pour l’école des Bâtisseurs, grâce à la généreuse contribution et l’appui indéniable du conseiller municipal Jocelyn Dupuis, qui a non seulement déboursé quelque 480 $ pour l’acquisition des boîtes auprès de la Fondation Lucie et André Chagnon, mais il a également remis un chèque de 318 $ afin d’en garnir l’intérieur d’histoires destinées aux 0 à 12 ans.

« C’est stimulant la lecture. Dans l’ère informatique que l’on vit, il y a moins de gens qui lisent et je trouve que c’est important pour les enfants, pour stimuler leur vocabulaire, apprendre l’orthographe. Quand on m’a offert de participer, c’est venu me chercher pour vrai. C’est concret, réel, et ça va rester là longtemps, peut-être 10, 12 ans », affirme le conseiller municipal, pour qui la cause de l’alphabétisation est importante.

Des élèves pourront sortir dehors avec un livre à la récréation.

Selon le PEICA, 53 % de la population adulte du Québec n’a pas des capacités en lecture suffisantes pour se débrouiller.

« Plus tôt on commence à intéresser les jeunes à la lecture, à les motiver à lire, plus on a de chance de réduire cette statistique-là », laisse entendre Mathieu Brodeur.

La magie des mots

Les deux charmantes boîtes de lecture, peintes et décorées avec l’aide, entre autres, des bénévoles Vicky Grenier et Marie-France Roussel, ont chacun un nom, attribué grâce à un concours parmi les élèves. C’est Maïka et Simon qui ont eu l’honneur de nommer ces compagnons de lecture, remportant par le fait même deux cartes-cadeaux chez Renaud-Bray.

Les Croque-livres « Bâti-Croc » et « Magimots » seront placés à des endroits spécifiques dans l’école, près des sorties, afin d’attraper au passage un livre, puis le remettre, puis en prendre un autre — et ainsi de suite.

Près de 163 Croque-livres sont installés dans la région de Montréal, et un à Granby, devant le CPE Le Grand Chapiteau, pour le bonheur des jeunes lecteurs.

« Quelle belle façon de faire la promotion de la lecture et de partager le plaisir de lire entre les élèves de l’école, mais aussi avec les familles. Quelle belle initiative de Marie Hébert et de Jocelyn Dupuis de nous appuyer là-dedans », remercie le directeur de l’école des Bâtisseurs.