Un retard de trois mois, lié à des motifs d’ordre techniques, est observé sur le chantier du nouveau centre aquatique.

Deux chantiers majeurs en retard à Granby

Les deux chantiers majeurs lancés en 2017 par la Ville de Granby, celui du Centre Notre-Dame et du nouveau centre aquatique, accusent du retard, mais la fin des travaux se profile à l’horizon, affirme le directeur du Bureau de projets, Daniel Surprenant.

Les travaux de réaménagement de l’église, devenue le Centre Notre-Dame, au coeur du centre-ville, tirent particulièrement à leur fin. Si bien, que la tenue d’activités ponctuelles cet été dans la nouvelle salle multifonctionnelle n’est pas exclue, affirme l’ingénieur au Bureau de projets, Manuel Cabana.

Selon lui, il ne reste qu’un gros morceau à compléter : la reconstruction de certaines fenêtres latérales et d’une portion de la rosace en façade. L’entrepreneur général chargé des travaux a confié ce mandat en sous-traitance à Menuiserie Delisle. Mais les installations de l’entreprise de Québec ont été endommagées par un incendie l’an dernier.

Menuiserie Delisle accuse du retard, dans les circonstances, dans la réalisation de ses contrats. « Le reconstruction de nos fenêtres devrait être terminée dans environ trois semaines. Ils vont ensuite venir les installer. Ça ne se fera pas en deux ou trois jours. Ça va prendre quelques semaines. On va vite arriver aux vacances de la construction et ils devraient finir au retour », précise Manuel Cabana.

Une fois cette opération effectuée, l’aménagement paysager extérieur pourra être complété, ajoute-t-il.

Portes ouvertes 

Les travaux de peinture du clocher, qui n’avaient pu être terminés l’automne dernier, car le mercure avait chuté trop rapidement, ont été complétés vendredi. La grue demeurera encore en place, le temps d’effectuer quelques dernières corrections, dit-il.

Les travaux sont aussi terminés à l’intérieur. Il ne reste plus qu’à corriger les déficiences et à compléter certains travaux mineurs. « Il n’y a plus aucun travaux majeurs à faire, juste des retouches », dit Manuel Cabana.

Selon lui, dès que l’entrepreneur aura terminé son travail et remballé son matériel, le nouvel équipement de la salle, qui accueillera à l’été 2020 le spectacle multimédia du Granbyen Jessy Brown, pourra être installé.

En marge du projet, des travaux de réfection d’une portion de trottoir de la rue Saint-Antoine ont été réalisés. De l’asphaltage sera aussi effectué dans le stationnement.

La population devrait être conviée cet automne à une journée portes ouvertes. Les citoyens pourront découvrir la nouvelle allure de cette infrastructure municipale qui accueille également des programmes techniques du Cégep de Granby, précise le directeur du Bureau de projets. Un agrandissement a d’ailleurs été réalisé à l’arrière du bâtiment à cette fin.

La fin des travaux a été repoussée à quelques reprises au cours des derniers mois. Mais cette fois-ci est la bonne, assure Manuel Cabana.

Le projet entraîne une facture totale estimée à 13 millions $, dont neuf millions $ sont assumés par la Ville et quatre millions $ par le Cégep. Des coûts supplémentaires d’un million $ ont à ce jour été comptabilisés.

« C’est un projet complexe, dans une église de 115 ans. Ça a été plus long. Il y a eu beaucoup de surprises et d’interventions avec l’entrepreneur pour accélérer les travaux, mais c’est presque fini », fait valoir Daniel Surprenant.

Mise en route

Un retard de trois mois, lié à des motifs « d’ordre techniques », est aussi observé sur le chantier du centre aquatique qui portera le nom de Desjardins, selon l’entente conclue avec la Ville.

« Sur un chantier de 24 mois, ce ne sont pas des délais qui sont dramatiques. On étudie différents scénarios avec l’entrepreneur pour gagner du temps avec les étapes qui restent. Plus tôt ça va être terminé, plus tôt on pourra mettre les bassins en route et les tester pour ensuite accueillir les citoyens », souligne le directeur du Bureau de projets.

À l’origine, les travaux devaient être terminés au début de l’automne afin que la première session officielle d’activités au centre aquatique, situé rue Léon-Harmel, soit à l’hiver 2020. Il est maintenant prévu que la mise en route des bassins soit effectuée au début de l’année 2020 pour une première session complète d’activités au printemps. Des périodes de bains libres pourraient néanmoins être offertes au cours de l’hiver, avance Daniel Surprenant.

Le chantier a été lancé à l’automne 2017. Il entraîne des coûts de 33 millions $, dont les deux tiers sont assumés par les gouvernements fédéral et provincial. Des coûts supplémentaires de plus de 500 000 $ ont été comptabilisés à ce jour, mais ils représentent 2,5 % du contrat initial. « Pour un chantier de cette envergure-là, ça va très bien », estime M. Surprenant.