Mariam Sabbagh, qui se présente sous la bannière du Parti populaire du Canada, souhaite être la candidate du changement dans Shefford.

Deux candidats du Parti populaire du Canada annoncés dans la région

Le Parti populaire du Canada (PPC), avec à sa tête Maxime Bernier, compte déjà plusieurs candidats en vue de l’élection fédérale d’octobre prochain. Deux d’entre eux porteront les couleurs du jeune parti dans les circonscriptions de Shefford et de Brome-Missisquoi.

Le député de Beauce a notamment annoncé vendredi la candidature de Mariam Sabbagh dans Shefford. « Beaucoup de gens se plaignent sans rien faire. Certaines choses ne me plaisent pas, alors j’ai décidé de m’impliquer pour les changer », dit-elle, en faisant référence aux délais d’attente trop longs dans les hôpitaux, à l’accueil des immigrants et au «cartel» des producteurs agricoles, c’est-à-dire la gestion de l’offre.

Les changements souhaités ne pourront pas s’effectuer du jour au lendemain ni sans heurts, reconnaît la mère de famille qui demeure dans la circonscription. « Je crois aux changements à long terme, a-t-elle indiqué en entrevue. Il faut réformer le système. Certains changements seront difficiles au départ, comme l’abolition du cartel, mais je sais qu’à long terme, nous en tirerons beaucoup de bénéfices. »

Bénévole de longue date

Mme Sabbagh est surveillante pour la commission scolaire du Val-des-Cerfs depuis 2015.

Sur sa page LinkedIn, elle indique parler quatre langues, soit le français, l’anglais, le coréen et l’arabe. On peut y lire qu’elle est diplômée en agriculture à l’Université d’Arizona. « J’ai aussi étudié l’éducation à l’enfance et la théologie sans obtenir de diplôme », précise-t-elle en entrevue.

Elle indique également avoir enseigné de 2001 à 2006, à l’Université nationale de Kyungbook, en Corée du Sud. La courte biographie fournie par le parti mentionne qu’elle s’y est installée de 1997 à 2011.

D’ailleurs, se disant très interpellée par les questions d’ordre social, Mme Sabbagh met de l’avant ses nombreuses implications bénévoles.

De bénévole à candidate

Son bénévolat de longue date a mené Mme Sabbagh à s’impliquer auprès du PPC, dont elle a entendu parler par l’entremise de son fils.

La plateforme du PPC lui convient en tous points, mentionne-t-elle. « Je n’ai jamais été satisfaite avec les autres partis, reconnaît-elle. Avant, quand je votais, c’était toujours pour le moins pire. »

Sur sa page Facebook personnelle, Mme Sabbagh a d’ailleurs partagé une illustration mentionnant que les conservateurs étaient mauvais pour la santé et dépourvus d’éthique, listant des personnalités proches du Parti conservateur ayant été « réduites au silence » par le chef Andrew Sheer.

Un chiropraticien dans Brome-Missisquoi

Dans Brome-Missisquoi, ce sera le chiropraticien François Poulin qui représentera le PPC. Ce diplômé du Palmer College de Davenport qui pratique notamment à Bromont, est « inspiré autant par les traditions familiales des célèbres ramancheurs de sa famille que par un appétit insatiable pour l’avancement technologique », indique la biographie fournie par le parti.

M. Poulin est d’ailleurs vice-président, gestion de projets et directeur général des opérations canadiennes pour l’entreprise E-Nate, qui développe des solutions technologiques pour le secteur de la santé.

En fin de journée, mardi, M. Poulin n’avait pas encore donné suite à notre demande d’entrevue.

Maxime Bernier compte présenter des candidats dans chacune des 338 circonscriptions du Canada. Pour l’heure, 260 personnes ont été officiellement annoncées comme candidats. Dans la région, la circonscription de Saint-Hyacinthe-Acton n’a toujours pas de représentant du PPC.