Luc Ouellette a choisi une maison de la rue Elgin pour ses couleurs et ses angles. Il a dessiné ainsi quelques heures lors de la Journée du patrimoine de Granby, samedi.

Dessine ton patrimoine

« Avec la pluie, on avait des doutes. » Finalement, François Brosseau est satisfait du succès de la Journée du patrimoine de Granby, samedi. Dessinateurs et passionnés d’histoire ont répondu positivement à l’invitation du regroupement de citoyens Ma ville, mon patrimoine.

Une dizaine de dessinateurs se sont installés dans le secteur du parc Victoria pour croquer sur le vif l’architecture britannique du quartier. Les maisons patrimoniales de la rue Elgin ont été particulièrement appréciées des sketchers. 

Les artistes avaient ensuite rendez-vous à la salle Boréart du Centre culturel France-Arbour, à 15 h, pour partager leur expérience et admirer les œuvres de leurs comparses. 

« J’ai participé l’an passé et j’aime bien l’idée des regroupements des sketchers, de dessinateurs urbains, confie la Granbyenne Jessica Ruel en entrevue. Ce sont des situations qui nous permettent de sortir de notre zone de confort. »

Elle a proposé deux dessins dans un style qui ressort vraiment du lot. Elle a utilisé des crayons de bois, empruntés à sa fille, et un marqueur permanent et a dessiné sur un carton de type « boite de céréales » pour faire ressortir les couleurs. 

« J’ai un style plutôt BD, plus ludique, avec des contours noirs, des couleurs vives. C’est très facile d’accès. Je me suis installée en premier lieu devant le Château Brownie du côté de la tour et je me suis imaginé un conte de fées. On voit les cheveux de Raiponce qui sortent de la fenêtre et qui descendent le long de la tour. C’est très isolé comme thème, ce n’est pas l’ensemble du bâtiment, mais vraiment la tour qui est redéfinie. Un peu plus tard, je me suis installée près de l’étang dans le parc. Il y a des lampadaires plus antiques, plus travaillés. J’ai fait un dessin d’un couple d’oiseaux amoureux près d’un de ces lampadaires-là. »

Croquer par tous les temps

Luc Ouellette, confortablement installé dans une chaise de camping entre deux arbres, a quant à lui croqué une maison bleue et blanche tout aussi patrimoniale près de la rue City. Il avait mis de la couleur, en aquarelle, sur son dessin lorsqu’il s’est mis à pleuvoir. « J’ai dû recommencer mon dessin, explique-t-il, sans une once de découragement. Elle est belle ! J’aimais beaucoup les couleurs, l’architecture et le fait d’avoir le balcon en rond qui fait le coin. C’est toujours un peu plus difficile à dessiner pour les perspectives. »

Tout comme M. Ouellette, Nancy Parent participait pour la première fois à la Journée du patrimoine de Granby, qui en était à sa deuxième édition. Mme Parent travaille habituellement la peinture à huile sur toile. 

« C’est super le fun, c’est enrichissant et c’est un challenge. C’est un travail sur les profondeurs. Ça m’appelait, je trouvais ça beau, dit-elle en pointant l’illustration de la section d’une maison qu’elle a choisie. Ça nous fait connaître la rue et ses vieilles maisons. »

La pluie a également compliqué le travail de Martine Gautier. « Il fallait prendre le parapluie et s’accrocher à notre petit carnet. Ça travaillait moins bien. »

Mais les conditions météorologiques ne l’ont pas arrêtée. « J’aime ça croquer par tous les temps. »

Les dessins seront exposés durant la semaine au Petit-Boréart.

Un circuit patrimonial avait été préparé pour l’après-midi avec de l’animation et des faits historiques reliés au parc et aux maisons du quartier. 

« Je crois qu’il y a une centaine de personnes qui ont fait la visite, estime François Brosseau, membre du regroupement de citoyens Ma ville, mon patrimoine. Ça a été une belle surprise de voir [cette] réponse. »

Cette visite guidée concluait la journée... sous le soleil !