Près de 80 % des Bromontois et des Bromois sont en faveur d’une desserte policière commune, selon un sondage dont les maires de Lac-Brome et Bromont, Louis Villeneuve et Richard Burcombe, ont dévoilé les résultats lundi.

Desserte policière pour Bromont et Lac-Brome: la population est d’accord

Ce ne sont pas seulement les administrations municipales de Lac-Brome et Bromont qui sont en faveur d’une desserte policière commune via le Service de police de Bromont. La population l’est aussi. La majorité des 600 citoyens questionnés à ce sujet sont en accord, révèlent les résultats d’un récent sondage présentés lundi. Les maires de Bromont et Lac-Brome se disent prêts à passer à l’action et veulent amorcer les discussions avec le nouveau gouvernement afin de concrétiser le plus rapidement possible le projet qui entraînera des économies substantielles.

Soixante-quinze pour cent des 600 répondants questionnés entre le 20 et le 25 septembre dernier, soit 361 Bromontois et 239 Bromois, ont répondu être en faveur avec une telle proposition. À Bromont, 78 % des citoyens sondés sont en accord ou tout à fait en accord avec le projet.

« Le sondage nous indique aussi que 90 % des répondants de Bromont sont satisfaits de leur service de police. Je pense que Lac-Brome sera entre bonnes mains avec le Service de police de Bromont », a affirmé le maire de Bromont, Louis Villeneuve, lors d’une conférence de presse dévoilant les résultats du sondage lundi.

Quatorze pour cent des Bromontois sont toutefois en désaccord ou très en désaccord. Huit pour cent se sont abstenus de répondre.

Les résultats du sondage révèlent que 69 % des répondants de Lac-Brome appuient le projet. « Ces résultats sont pour nous un signal que nous devons mener le dossier à bon port », affirme Richard Burcombe, le maire de Lac-Brome.

Vingt-et-un pour cent des Bromois qui ont été sondés sont toutefois en désaccord avec le projet, une position qu’attribue M. Burcombe à la perception de certains citoyens qu’ils recevront plus de contraventions. « Le service va être amélioré et les gens pensent qu’ils auront plus de constats. Vous avez des gens qui disent : “Je ne vais pas à Bromont parce qu’il va me donner un constat d’infraction.” Mais ma réponse est toujours la même : le policier fait son travail. On veut une présence sept jours sur sept, 24 heures sur 24, et c’est ce que Bromont va fournir, dit M. Burcombe. Comment peut-on être en désaccord quand on aura une économie de 400 000 $ minimum et peut-être plus parce qu’on ne sait pas quelle sera la facture pour 2019. »

Dix pour cent des répondants bromois ont refusé de répondre lors du sondage réalisé par Léger et dont la marge d’erreur est de plus ou moins 4,1 %.

Le maire de Lac-Brome a rappelé que leurs sorties médiatiques ne sont pas une critique à l’égard de la qualité du travail effectué par la Sûreté du Québec. « Nous avons cependant la certitude que le Service de police de Bromont sera en mesure d’offrir un service plus étendu et à coût moindre. À cet effet, le sondage nous a appris que les deux tiers des répondants résidant à Lac-Brome estiment qu’une couverture assurée par Bromont améliorerait la présence policière et la sécurité dans leur ville. Je suis heureux de constater l’appui de nos citoyens sur cette question. »

Économies substantielles

À l’occasion d’une première sortie médiatique conjointe en août dernier, les maires avaient fait valoir des économies substantielles de l’ordre de 20 % que prévoyaient réaliser les deux municipalités si le projet de desserte commune voyait le jour. Pour Bromont, cette économie est estimée à près d’un million de dollars.

« Je me demande comment on pourrait passer à côté d’un tel montant d’argent, dit M. Villeneuve. Rappelons que limiter toute hausse de taxes et de tarifs pour les services publics fait partie de la plate-forme électorale de la CAQ. Pourquoi ne pas commencer tout de suite en faisant économiser des centaines de milliers de dollars aux Bromois et aux Bromontois ? »

Une étude réalisée par la Ville de Bromont, en collaboration avec Lac-Brome, a démontré que la moyenne du coût de desserte policière par citoyen des villes limitrophes à des services de police municipaux de niveaux 1 et 2 au Québec est de 126 $. Le coût de desserte policière par citoyen à Lac-Brome est 324 $. « On est quelque 200 $ de plus par citoyen par rapport à l’ensemble du Québec. On a un dossier assez solide au niveau des coûts pour justifier qu’on est un cas unique au Québec », affirme Gilbert Arel, directeur général de la Ville de Lac-Brome.

Le budget annuel du Service de police de Bromont au 31 décembre 2017 était de 3 974 393 $. Lac-Brome débourse 1,8 million de dollars en 2018 pour les services de la SQ, une facture basée entre autres sur sa richesse foncière.

Gros bon sens

Lors de la campagne électorale, les maires ont rencontré les candidats, dont la nouvelle députée de Brome-Missisquoi, Isabelle Charest. L’attachée politique de celle-ci était d’ailleurs présente au dévoilement des résultats du sondage.

« J’ai suivi attentivement la dernière campagne électorale et que chacun des partis se soit affirmé en faveur de notre projet nous démontre qu’il s’agit du gros bon sens, indique M. Villeneuve. D’ailleurs, on avait rencontré François Legault et quand on lui avait parlé du projet, il nous avait répondu : “Moi je suis un gars de gros bon sens”. Ça fit, je trouve ! »

Le nouveau gouvernement étant en place, les élus veulent démarrer rapidement le dialogue pour concrétiser le projet. « Nous sommes prêts à passer à l’action et à collaborer avec le gouvernement pour mener ce dossier à terme après plusieurs années de démarche », dit le maire Burcombe.

Des séances d’information seront organisées prochainement pour permettre aux élus de rencontrer les citoyens de Bromont et Lac-Brome.