Contrairement à ce qui a été annoncé en 2018, les détenus en attente de procès au palais de justice de Granby continueront­ d’être incarcérés à Sherbrooke.

Desserte carcérale à Granby: Québec fait volte-face

Juges, avocats, policiers, agents correctionnels et proches de prisonniers peuvent se réjouir. Les accusés en attente de procès au palais de justice de Granby ne seront pas détenus à Sorel-Tracy, tel qu’annoncé l’an dernier, mais continueront, pour la plupart, d’être incarcérés à la prison de Sherbrooke.

Le ministère de la Sécurité publique avait déclaré en 2018 que le nouvel établissement de détention de Sorel-Tracy, ouvert l’année précédente, desservirait bientôt le tribunal de Granby dans un souci « de favoriser une gestion optimale de la population carcérale et une meilleure répartition de celle-ci dans l’ensemble du réseau correctionnel ».

En clair, comme la prison de Sherbrooke déborde et celle de Sorel-Tracy n’était pas utilisée au maximum de sa capacité, Québec souhaitait mieux redistribuer les détenus.

La mesure a fait bondir des juges et des avocats de la défense qui auraient vu le temps de transport des détenus passer d’une heure à au moins une heure trente par trajet, rendant difficile leur arrivée à la cour pour le début des audiences à 9 h 30. 

Le respect de cet horaire est déjà ardu en période hivernale, a-t-on fait valoir, et les avocats auraient également vu augmenter le temps de déplacement nécessaire pour rencontrer leurs clients.

Du côté des policiers locaux, on n’était pas plus heureux de cette annonce, a appris La Voix de l’Est, puisqu’ils doivent souvent reconduire eux-mêmes des prévenus en prison. Le transfert des détenus à Sorel-Tracy aurait également fait perdre des postes d’agent correctionnel à Sherbrooke.

Or, Québec a pris la décision de maintenir le statu quo en ce qui concerne le palais de justice de Granby, avons-nous pu confirmer auprès de deux sources gouvernementales. En contrepartie, la prison de Sorel-Tracy desservira le palais de justice de Drummondville. L’annonce doit être faite en octobre.

« Ça n’avait pas d’allure que les détenus partent de Sorel le matin pour arriver à Granby, souligne-t-on. Ils n’auraient jamais été là pour 9 h 30. » Le changement aurait aussi coûté plus cher à cause du temps de transport.

Orientations

Le ministère de la Sécurité publique n’a ni confirmé ni infirmé les informations obtenues par La Voix de l’Est. « Les travaux [de consultation] se poursuivent toujours et l’ensemble des membres du personnel des deux établissements de détention ainsi que leurs collaborateurs des milieux policiers et judiciaires seront informés sous peu des orientations retenues », a indiqué par courriel Patrick Harvey, relationniste média au ministère de la Sécurité publique.

Le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec ne nous a pas rappelés.

Même mutisme du côté du ministre des Transports, député de Granby et ministre responsable de l’Estrie, François Bonnardel, pour qui le rattachement de la Haute-Yamaska à l’Estrie constituait une promesse électorale. « Il y aura une annonce dans quelques semaines », a dit l’attaché de presse du député, Marc-André Morency.

Le problème du manque d’espace et de la vétusté de l’établissement de détention de Sherbrooke demeure, laisse tomber une source gouvernementale. Il a de sérieux besoins de rénovation, nous dit-on, et des secteurs sont vides pour cette raison.

À ce sujet, « il n’est pas possible pour le moment de s’avancer sur l’agrandissement ou non de [la prison] de Sherbrooke, par ailleurs des projets de rénovation plus ou moins importants sont toujours possibles », écrit M. Harvey. 

À noter que l’établissement de Cowansville est un pénitencier fédéral qui n’accueille que des détenus ayant déjà reçu leur sentence.