L’OBV Yamaska pourra miser sur une subvention de 150 000 $ du Mouvement Desjardins pour financer deux projets en lien avec la qualité et la quantité d’eau de la rivière Yamaska.

Desjardins s’investit pour la rivière Yamaska

L’organisme de bassin versant de la rivière Yamaska (OBV) pourra compter sur l’aide financière des caisses Desjardins de Granby-Haute-Yamaska, Brome-Missisquoi et de Waterloo. Les trois institutions lui versent 150 000 $ pour financer deux projets visant la qualité et la quantité de l’eau de la rivière.

Dans un premier temps, l’argent permettra à l’OBV de conseiller les industries pour qu’elles réduisent de six millions de litres par année leur consommation d’eau.

La subvention servira aussi à trouver des solutions pour atténuer les impacts des changements climatiques sur le débit des trois branches de la rivière Yamaska. Les prévisions scientifiques sont à l’effet que les périodes d’étiage seront plus sévères et plus longues dans les années à venir, compliquant l’approvisionnement en eau des municipalités qui puisent leur eau brute dans la rivière.

Utilisation industrielle
L’OBV s’intéresse de près à l’utilisation industrielle de l’eau. Dans son projet, deux angles seront abordés : la quantité d’eau utilisée par les entreprises et les rejets de contaminants chimiques dans la rivière Yamaska.

Une étude du ministère de l’Environnement, rendue publique en janvier 2017, révélait que plusieurs contaminants chimiques émergents, c’est-à-dire non répertoriés jusqu’ici, se retrouvent dans la rivière. Ceux-ci affectent la qualité de l’eau et nuit aux poissons ainsi qu’aux oiseaux qui s’en nourrissent.

La subvention du trio de caisses, qui provient de son fonds de développement de 100 millions de dollars du Mouvement Desjardins, arrive à point pour l’OBV. Il avait déposé l’automne dernier une demande de subvention de 190 000 $ pour étudier plus avant ce problème. Son projet n’avait pas été retenu par Environnement et Changement climatique Canada.

Le projet a toutefois suscité un grand intérêt de la part des municipalités du bassin versant de la Yasmaska. Un total de 22 d’entre elles s’étaient engagées à contribuer ensemble à hauteur de 40 000 $ et à assister techniquement l’OBV pour étudier le problème. L’organisme pourra compter sur ces engagements, a indiqué son directeur général Alex Martin.

L’OBV propose de travailler avec des entreprises des MRC de la Haute-Yamaska et de Brome-Misssiquoi qui utilisent des produits chimiques dans leurs opérations. Le but est de déterminer comment elles peuvent réduire la quantité d’eau utilisée ainsi que les produits chimiques, a expliqué M. Martin. Les solutions pourraient profiter aux entreprises dans les autres régions incluses dans le bassin versant de la Yamaska, a-t-il dit lundi en marge de la conférence de presse annonçant la participation financière des trois caisses Desjardins.

Le deuxième projet verra l’OBV réunir tous les utilisateurs de l’eau de la rivière Yamaska pour trouver des façons d’anticiper les futures contraintes environnementales. Les changements climatiques pourraient ainsi réduire d’ici 2050 de 2200 mètres cubes par jour le débit des trois branches de la rivière Yamaska, selon les modèles mathématiques mis au point par les chercheurs. Un tel scénario aurait des impacts importants sur les municipalités, les entreprises et le développement de la région, signale M. Martin.

Dans un premier temps, l’analyse des études connues de la Yamaska sera réalisée, puis des discussions entre les acteurs concernés seront organisées. Le tout permettra d’élaborer des solutions pour s’assurer qu’ils ne manqueront pas d’eau.