Guy Rousseau et le service de police de Granby font appel à la vigilance pour retrouver celui ou ceux qui ont coupé et volé des fils dans des lampadaires de rue.

Des vols de cuivre plongent des rues dans le noir

Des rues de Granby sont plongées dans le noir dès la tombée du jour depuis quelques semaines. Il s’agit du fruit d’un ou de plusieurs voleurs de cuivre qui s’en sont pris à près de 50 lampadaires de rue.

« Quatre secteurs ont été touchés, rapporte Sylvain Rossignol, des travaux publics de Granby. Dans les rues de l’Hibiscus, du Noisetier [et du Chèvrefeuille], tous les lampadaires ont été vidés au complet [de leurs fils]. Après ça, il y a eu le parc de l’Odyssée, il y a environ un mois. »

Les nouveaux lampadaires installés le long de la piste cyclable entre le pont Patrick-Hacket et la rue Long ont aussi été ciblés.

Pour arriver à voler des fils électriques, le ou les suspects ouvrent la porte d’accès dans le bas des poteaux de métal, coupent les fils allant vers le sol et effectuent le même procédé dans les lampadaires voisins pour récupérer le filage les reliant entre eux, explique Guy Rousseau, porte-parole du service­ de police de Granby. Le courant qui permet aux lampadaires d’illuminer la rue est ainsi coupé, plongeant le secteur dans le noir.

Comme ces fils passent sous terre, leur remplacement demande beaucoup de travail. « Ça représente entre 5000 $ et 6000 $ de frais, estime M. Rossignol­. C’est du temps d’hommes pour réinstaller tout le système et mettre des vis anti-vandales. [...] La partie [de la rue du Noisetier] qui ne nous appartient pas encore, ça ne fait pas partie de nos frais estimés. L’entrepreneur aura à réinstaller les nouveaux fils. » Certaines portes sont aussi à remplacer.

« On veut ramener le courant le plus rapidement possible parce que c’est une question de sécurité », souligne-t-il, ajoutant que ces travaux sont une charge de travail supplémentaire et qu’elle prend du temps à être réalisée.

La police de Granby demande la collaboration des citoyens. Certains auraient vu agir une personne avec une lampe frontale, mais, croyant qu’il s’agissait d’un véritable électricien, n’ont pas rapporté ce comportement. 

La dernière vague de vols a eu lieu dimanche dernier sur la partie de la rue du Noisetier appartenant à la Ville. À 19 h, les lampadaires étaient allumés, mais ils ne l’étaient plus à 22 h.

« Si les citoyens remarquent un apprenti électricien qui joue là dedans en soirée », ils sont invités à composer le 450-776-3333 ou Échec au crime (1-800-711-1800). Les policiers pourront intervenir sur le champ et stopper cette vague de vol de cuivre.