Le passage à niveau sur la rue du Sud devrait faire l’objet d’une importante réfection, la semaine prochaine, qui permettrait notamment de régler pour quelques années les problèmes d’affaissement de chaussée.
Le passage à niveau sur la rue du Sud devrait faire l’objet d’une importante réfection, la semaine prochaine, qui permettrait notamment de régler pour quelques années les problèmes d’affaissement de chaussée.

Des travaux plus chers à Cowansville pour respecter des normes plus strictes

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Le service des travaux publics de Cowansville devrait réaliser d’importants travaux de réfection du passage à niveau de la voie ferrée sur la rue du Sud, la semaine prochaine. Déjà expérimentés grâce à l’entretien depuis des années d’un tronçon de rails qui appartient à la Ville parallèlement à la rue des Industries, il a été décidé que ces travaux seraient exécutés par les cols bleus par souci d’économie. Par contre, l’estimation des coûts a bondi.

Mis à part le tronçon qui appartient à la municipalité, les autres passages à niveau font l’objet d’un partage de responsabilités avec le Canadien Pacifique, propriétaire des voies depuis juin, explique le directeur des infrastructures et des immobilisations, Sylvain Perreault.

En temps normal, le propriétaire des voies réalise les travaux et fait parvenir la facture à la ville ou au village touché. «C’est pour ça qu’on fait les travaux nous-mêmes. On sauve des frais.»

Par contre, comme le CP a des normes de loin plus sévères que les anciens propriétaires, CMQR, les coûts vont bondir. Le conseil municipal a autorisé lundi soir un montant supplémentaire de 155 000 $ pour les travaux. Les estimations totalisent maintenant 274 000 $.

M. Perreault précise que le montant est plus élevé que nécessaire. «Mon estimation de coût au départ, quand c’était avec CMQR, ne tient plus. Canadien Pacifique vont envoyer un surveillant de chantier de chez eux à 1200 $ par jour. Puis à la fin un ingénieur pour inspecter les travaux, dont le tarif est inconnu.»

Il a refait une évaluation des coûts avec ces nouvelles variables en supposant que les travaux prendraient le nombre de jours maximal, soit 5 jours. «C’est sûr que ça ne coûtera pas ça, sauf que je ne voulais pas, en cours de route, manquer d’argent si le CP veut plus de choses. Un coup qu’on a les mains dedans, je ne peux plus retourner au conseil demander de l’argent.»

Des travaux de mise à niveau importante sont en cours sur un tronçon de voie ferrée appartenant à la Ville de Cowansville, près de la rue des Industries.

Chaussée, rails et traverses de bois

Les travaux pressent puisque les fournisseurs de bitume ferment pour l’hiver après le 27 novembre, signale M. Perreault. La chaussée, déjà abimée, se détériore de plus en plus vite. Chaque année, le travail est à recommencer. Pour régler le problème pour les années à venir, la Ville installera des panneaux de béton de chaque côté de la voie ferrée.

Elle remplacera aussi les rails ainsi que les traverses de bois.

Le conseil a autorisé la Ville à signer une entente avec CP pour la réalisation des travaux la semaine prochaine. Sylvain Perreault espère que l’entreprise acceptera.

Un contrat de gré à gré a été octroyé dans l’urgence à Polycorp au coût de 37 490 $ pour la fourniture de matériaux et un autre à CSTP au coût de 80 397 $ pour les travaux de réfection. Le montant de ces contrats ne changera pas pour le moment.

Mise à niveau importante

Les travaux de réfection du tronçon parallèle à la rue des Industries, et qui traverse la rue des Textiles, devraient se terminer pour leur part vendredi. Dans les quatre dernières années, M. Perreault relate qu’il y a eu trois déraillements, dont un plus important. Une mise à niveau importante était à faire.

Un budget de 490 000 $ a été dégagé, mais les coûts finaux devraient être moindres, même s’il leur a fallu se conformer aux nouvelles normes plus strictes de CP.

Des contrats sur invitation ont été octroyés à Stella Jones (30 570 $) pour la fourniture de traverses de chemin de fer et à Sessenwein (43 981 $) pour la fourniture d’un aiguillage complet et d’accessoires d’arrêt. Un troisième, de gré à gré, est allé à CSTP (99 894 $) pour les services d’ingénierie.

Au terme des travaux, les rails et les traverses de bois auront été changés.