Les pluies soudaines et intenses enregistrées ces dernières années contraignent la RIGMRBM à ajouter un cinquième bassin de captation des eaux usées sur son site.

Des travaux de 2 M$ pour traiter davantage d'eaux usées

La Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de Brome-Missisquoi déboursera un peu plus de deux millions de dollars pour augmenter la capacité d’épuration de son usine des eaux usées. Les changements climatiques rendent cet investissement incontournable.

Les averses de pluie ne sont plus les mêmes, souligne Réjean Houle, de la Régie. Elles sont subites et abondantes, ce qui a pour effet d’augmenter le volume d’eau recueilli par les quatre bassins d’eaux usées du site, explique-t-il. « Ils ont presque atteint leur pleine capacité. On est à risque. On doit avoir une marge de sécurité », soutient-il en entrevue.

La Régie a dépensé 2,9 millions de dollars en 2012 pour moderniser son usine de traitement des eaux usées. Les ingénieurs à l’époque n’ont pas cru bon augmenter la capacité de captage des bassins. « Les calculs n’ont pas tenu compte des changements climatiques », indique M. Houle.

Pour faire face au volume croissant des pluies, un cinquième bassin de captation sera aménagé au printemps pour recueillir les eaux usées avant qu’elles ne soient traitées. Les quatre bassins existants ont une capacité de 2350 mètres cubes chacun. Le cinquième bassin aura une capacité de 4000 m3.

L’ajout d’un cinquième bassin s’inscrit également dans la planification par la Régie de la production de compost. Le processus de décomposition des matières organiques sur la plateforme de compostage produira des liquides. Ils seront acheminés dans le bassin pour être traités par l’usine d’épuration.

Les travaux, qui devraient totaliser 2 058 605 $, permettront aussi d’augmenter le volume d’eaux usées traité par l’usine. La capacité passera de 240 m3 par jour à 400 m3 par jour.

En 2016, selon les données de la Régie, 73 000 m3 d’eaux usées ont été traitées avant d’être relâchées dans l’environnement.

La Régie attend le certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement pour aller en appel d’offres. Les travaux devraient être entamés au printemps.

Compost : deux étapes
La plate-forme de compostage, l’autre grand projet d’infrastructure de la Régie cette année, est également sur la bonne voie. Le tout se réalisera en deux étapes : la construction d’une plate-forme de 19 462 mètres carrés (budget de 5,650 millions de dollars) d’ici la fin de l’été et l’achat des équipements en 2019 (budget de 1,350 million de dollars). Une subvention de 2,750 millions de dollars sera versée par Québec.

Les dirigeants de la Régie ont décidé de décaler d’une année l’achat d’équipements (un retourneur d’andains, un tamiseur rotatif et une chargeuse sur roue) pour économiser sur leurs coûts de financement, a indiqué Patrick Beaulieu, contrôleur financier de l’organisme.

Les prévisions sont à l’effet qu’un petit volume de matières organiques sera acheminé au site. Les équipements spécialisés ne sont pas nécessaires pour les premiers mois d’activités de la plate-forme, selon M. Houle. On s’attend à ce que seulement cinq municipalités, soit les propriétaires de la Régie que sont Cowansville, Dunham, Farnham et Bedford, ainsi que Bromont, acheminent les matières organiques de leurs citoyens à la Régie.

Les 16 autres municipalités de la MRC Brome-Missisquoi ne commenceront qu’en 2019, soit lorsque leurs contrats de collecte et de transports de matières résiduelles seront échus.

C’est également en janvier 2019 que la MRC de la Haute-Yamaska enverra les matières organiques des municipalités de Granby et de Saint-Alphonse au site de la Régie à Cowansville. Les six autres municipalités suivront au courant de l’année.

Par ailleurs, la Régie vient de lancer son appel d’offres pour acheter les bacs bruns roulants ainsi que les minibacs de cuisine. Ils seront livrés directement aux 20 municipalités de la MRC qui n’offrent pas encore ce service.