Certains lecteurs ont contacté <em>La Voix de l’Est</em> pour faire part de leurs inquiétudes quant à ses déplacements entre régions de différents paliers de couleurs, qui ne sont toutefois pas interdits, mais non recommandés.
Certains lecteurs ont contacté <em>La Voix de l’Est</em> pour faire part de leurs inquiétudes quant à ses déplacements entre régions de différents paliers de couleurs, qui ne sont toutefois pas interdits, mais non recommandés.

Des sportifs des zones rouges vont au gym... en zone orange

Roxanne Caron
Roxanne Caron
La Voix de l'Est
Alors que les gyms en zones rouges sont fermés, certaines personnes qui y résident prennent le risque de venir s’entraîner au gym Econofitness de Granby, situé en zone orange. «C’est un phénomène qu’on observe, mais je ne crois pas que c’est significatif », a tenu à rassurer Renaud Beaudry, vice-président d’Econofitness.

Certains lecteurs ont contacté La Voix de l’Est pour faire part de leurs inquiétudes quant à ces déplacements entre des régions de différents paliers de couleurs, qui ne sont toutefois pas interdits, mais non recommandés à l’heure actuelle.

Des 70 gyms Econofitness à travers le Québec, 64 d’entre eux sont fermés, car ils sont situés en zone rouge. Seuls ceux en Estrie sont toujours ouverts, dont celui de la rue Saint-Jude Nord à Granby et trois autres à Sherbrooke.

Certains abonnements donnent accès à l’ensemble du réseau à travers la province. «Pour ces membres-là, on souhaite qu’ils respectent les recommandations de la Santé publique», souligne M. Beaudry, ajoutant qu’il est impossible de contrôler les habitudes de vie des gens.

«C’est la même chose pour les restos ou les bars, je ne crois pas que les gens cartent leurs clients», a-t-il donné en exemple.

Aucune éclosion jusqu'à maintenant

Le vice-président a aussi rappelé que les règles sanitaires émises par la Santé publique sont respectées à la lettre. Les sportifs qui se présentent à l’un des trois gyms en zone orange doivent se laver les mains, désinfecter leur appareil avant et après utilisation, porter le masque lorsqu’ils sont en déplacement et respecter la distanciation physique de deux mètres.

Selon lui, la rigueur envers le respect des mesures explique pourquoi on n’a recensé aucune éclosion à travers les 70 gyms de la province depuis leur ouverture en juin.

Un système de réservation pour les membres a aussi été mis sur pied afin de contrôler le nombre maximal d’usagers dans les établissements, selon la superficie de chacun d’entre eux.

Justement, ce système de réservation ne pourrait-il pas permettre de bloquer l’accès à un membre habitant en zone rouge de se déplacer dans un gym en zone orange ? À ce sujet, M. Beaudry est catégorique : «Les données sur les clients sont strictement confidentielles. On ne veut pas espionner nos clients et on n’utilise pas les données pour lesquelles on n’a pas l’autorisation de les utiliser.»