L'ouverture des soumissions pour la réalisation de deux projets majeurs à Granby, dont le centre aquatique, s'est déroulée jeudi après-midi à l'hôtel de ville en présence de représentants des entreprises soumissionnaires.

Des soumissions plus élevées que prévu

Le réaménagement de l'église Notre-Dame et la construction du centre aquatique, deux projets majeurs à Granby, coûteront plus cher que prévu. Les soumissions, ouvertes jeudi après-midi à l'hôtel de ville, se sont révélé plus élevées que les estimés budgétaires.
Les soumissions pour le contrat de réaménagement de l'église Notre-Dame présentent des coûts supérieurs de près de 30% aux coûts budgétés.
La hausse est toutefois plus limitée dans le cas du centre aquatique, qui représente rien de moins que le plus gros contrat jamais accordé par la Ville de Granby, a confirmé le directeur général de la Ville, Michel Pinault.
Alors que des coûts de 31 805 846 $, avec taxes, avaient été budgétés, le plus bas soumissionnaire, Construction Cybco, a présenté une facture de 32 698 399 $. 
Quatre autres entreprises ont répondu à l'appel d'offres. Les soumissions déposées ne présentent pas un écart prononcé. Trois d'entre elles ont calculé les coûts à quelque 33 millions $. 
Ce n'est toutefois pas avant le 18 septembre, à l'occasion d'une séance extraordinaire, que le contrat devrait être officiellement accordé. La conformité des soumissions devra d'abord être validée, a souligné M. Pinault. 
Les coûts totaux du projet de centre aquatique ont été évalués à 36,2 millions $. De ce montant, 20,5 millions $ seront assumés par les gouvernements fédéral et provincial et 3 millions $ seront payés comptant par la Ville. Granby a aussi prévu recevoir 4,6 millions $ en retour de taxes et elle empruntera 8,1 millions $ pour combler la différence. 
30 % de plus
La situation n'est pas la même pour le contrat de réaménagement de l'église Notre-Dame, destinée à devenir le Pavillon Notre-Dame où sera entre autres offerte la technique de génie mécanique du Cégep de Granby. 
Seules deux soumissions ont été déposées. Et elles présentent des coûts supérieurs de près de 30 % aux coûts budgétés. En clair, la plus basse soumission, déposée par Céleb Construction, est de 11 812 531 $, alors que l'estimé était de 9 041 586 $. 
L'autre soumission, de Construction Guy Sébas, est de 15 849 000 $. Comme pour le centre aquatique, le contrat devrait être accordé le 18 septembre.
« Pour le centre aquatique, on est pas mal dans le target. Mais pour ce qui est de l'église, on s'y attendait », a commenté le maire, Pascal Bonin, qui, comme plusieurs employés-cadres de la Ville et représentants des entreprises soumissionnaires, a assisté à l'ouverture des soumissions. 
Le maire relève que les coûts à la hausse dans les projets d'infrastructures civiles de même que dans le secteur du bâtiment sont la norme ces temps-ci. D'autres municipalités l'ont expérimenté. Plusieurs facteurs en seraient responsables, dont la mise en branle de plusieurs projets, qui s'inscrivent entre autres dans un contexte où les programmes de subventions sont nombreux. 
« Au cours des trois dernières années, c'étaient les villes qui étaient gagnantes. L'après-­Commission Charbonneau a fait en sorte que les prix étaient anormalement bas, il faut se le dire. Ils redeviennent un peu plus élevés. La grève des ingénieurs (du gouvernement du Québec le printemps dernier) fait aussi en sorte que les projets sortent tous en même temps », souligne le maire Bonin. 
Échéancier serré
Mais il estime néanmoins que la Ville s'en sort « relativement bien », dans les circonstances, en ce qui concerne le réaménagement de l'église. 
« C'est un cadre déjà bâti, un immeuble patrimonial. Il y a toutes sortes d'enjeux qui font que les entrepreneurs sont prudents », estime pour sa part le directeur général de la Ville. 
« Le conseil aura le mot final à savoir si on va de l'avant ou pas. Mais pour moi, il n'est pas question de rebrousser chemin, surtout pas pour le centre aquatique », renchérit Pascal Bonin.
Selon lui, les prix ne seront pas moins élevés le printemps prochain, si les élus devaient décider de mettre les projets sur la glace.
Selon Michel Pinault, les échéanciers sont plutôt serrés, de sorte qu'une fois les contrats accordés, les travaux pourraient débuter rapidement. D'autant plus que la situation de la piscine actuelle est qualifiée de « préoccupante ».
La pelletée de terre symbolique pour la construction du centre aquatique, qui verra le jour sur une portion du parc Dubuc, près de la rue Léon-Harmel, pourrait se dérouler dans la semaine du 25 septembre.
Liste des soumissionnaires
Réaménagement de l'église Notre-Dame
Céleb Construction, Brossard : 11 812 531 $
Construction Guy Sébas, Sherbrooke : 15 849 000 $
Construction du centre aquatique
Construction Cybco, Saint-Laurent : 32 698 399 $
EBC Inc, L'Ancienne-Lorette : 33 206 984 $
Entreprise de construction TEQ, Montréal : 33 226 395 $
Construction Longer, Sherbrooke : 33 905 483 $
Construction Socam, Laval : 34 025 701 $