Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La signalisation pour piétons sur les pistes cyclables peut porter à confusion.
La signalisation pour piétons sur les pistes cyclables peut porter à confusion.

Des signalisations contradictoires sur les pistes cyclables?

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
La signalisation pour piétons sur les pistes cyclables est contradictoire et porte à confusion, déplore un citoyen de la ville de Granby.

À certains endroits, des panneaux demandent aux marcheurs de faire face aux cyclistes du côté gauche, tandis qu’à d’autres , des bonshommes sont peints sur l’asphalte du côté droit, invitant les gens à marcher dans le même sens que les vélos, expose Gilles Lamoureux. «Faudrait être cohérents à la Ville de Granby et parler le même langage!»

Si les directives semblent effectivement paradoxales, il n’en est rien.

Il faut savoir tout d’abord que le réseau des pistes cyclables dont font notamment partie l’Estriade et la Montérégiade est géré par la CARTHY (Corporation d’aménagement récréotouristique de la Haute-Yamaska), alors que les voies cyclables en bordure de rues, comme c’est le cas sur les rues Simonds Sud ou Saint-Hubert à Granby, sont administrées par les municipalités, précise le président de la CARTHY, Gaétan Bergeron.«Nous, on suit les recommandations de Vélo Québec, alors que les villes respectent davantage le code du MTQ.»

Et selon le code officiel du ministère du Transport du Québec (MTQ), le marquage au sol n’indique pas où les piétons doivent marcher; il s’agit plutôt du symbole indiquant que cette voie est un aménagement cycliste et piétonnier, fait savoir le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville de Granby, Benoît Carbonneau. «Au même titre que le losange désigne une voie réservée à certains véhicules, par exemple», illustre-t-il.

Ce dernier reconnaît toutefois que cette signalisation est bien peu connue du grand public, et qu’elle est souvent mal interprétée. «Je concède que ça peut effectivement porter à confusion», dit-il, tout en encourageant les marcheurs à faire face aux vélos dans la voie de gauche pour leur sécurité et celles des cyclistes. «C’est vraiment la meilleure pratique à adopter.»

Ajout de panneaux

Suite à l’incohérence soulevée par M. Lamoureux et pour enlever à la confusion, la Ville songe d’ailleurs à installer des panneaux semblables à ceux qu’utilise la CARTHY pour rappeler aux marcheurs les pratiques sécuritaires, mentionne M. Carbonneau.

«On en a parlé et on est à étudier la possibilité d’ajouter des panneaux pour inviter les piétons à marcher en sens inverse des cyclistes. On n’en mettra peut-être pas partout, mais dans les endroits les plus achalandés, ce serait effectivement une bonne idée», laisse-t-il entendre.