Guylaine Racine, Sylvain Lamontagne et Audrey Lamontagne ont sauvé la vie d'un couple, sur le lac Roxton, samedi.
Guylaine Racine, Sylvain Lamontagne et Audrey Lamontagne ont sauvé la vie d'un couple, sur le lac Roxton, samedi.

Des Roxtonais sauvent un couple de la noyade

Un homme et une femme de Roxton Pond ont été sauvés des eaux glaciales du lac Roxton, samedi après-midi, par des citoyens qui les ont vus sombrer.

Peu après 15 h 30, deux véhicules tout-terrain circulaient sur le lac lorsque la glace s’est enfoncée, près de la rue Laro.

Guylaine Racine et Sylvain Lamontagne s’apprêtaient à partir pour l’épicerie. Mme Racine, en sortant mettre les sacs dans la voiture, a entendu un VTT s’approcher. 

« Il neigeait abondamment, donc je ne les voyais pas, et j’espérais qu’ils ne passent pas devant la maison, raconte-t-elle, soulignant au passage que ce secteur du lac est toujours fragile. On a pu intervenir rapidement à cause de ça. Si on avait été dans la maison, on n’aurait jamais entendu le quatre roues. »

Quand ils ont vu les VTT couler, ils se sont immédiatement réparti les tâches. Mme Racine a appelé les secours pendant que M. Lamontagne et leur fille Audrey allaient chercher une longue corde dans le cabanon.

« On s’est approchés le plus possible pour leur lancer la corde, reprend le père de famille. La glace a cédé, mais j’ai réussi à sortir parce que ma fille m’assurait avec la corde sur le bord du lac. »

Plus de peur que de mal

L’homme du couple a été le premier à sortir de l’eau, tandis que la femme a eu plus de difficulté à se rendre au rivage.

« Elle a eu plus peur. Elle a été plus longtemps dans l’eau et la glace cédait sous elle, ajoute M. Lamontagne. Elle n’avait plus de force pour se tirer hors de l’eau avec la corde, alors je l’ai tirée. La glace a cédé tout le long. »

Le couple rescapé a été installé au sous-sol de la maison pour se réchauffer. Ils ont enlevé leurs vêtements et ont été enveloppés dans des couvertures. Grâce à ces précautions, ils n’ont pas eu besoin d’être transportés à l’hôpital.

La famille Lamontagne n’ose pas imaginer ce qui serait arrivé si elle avait quitté la maison avant l’accident.

« L’homme du couple nous a dit qu’il était tellement content que leurs enfants ne soient pas là, rapporte Mme Racine. Ils devaient partir avec eux en quatre roues. Avec quatre sauvetages à faire, je ne sais pas quel scénario on aurait eu... Heureusement, ça s’est bien déroulé. Je pense que notre rapidité d’exécution a fait toute la différence. »

Jonathan Lavallée, chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Roxton Pond/Sainte-Cécile-de-Milton, les qualifie de héros.

Des citoyens de Roxton Pond ont sauvé la vie d’un couple qui s’était aventuré sur le lac Roxton en véhicule tout-terrain, samedi.

Un troisième sauvetage évité

Les services d’urgence sont arrivés après le sauvetage, mais ils ont bien failli devoir sauver une troisième personne qui, sur sa motoneige, s’est aventurée sur la glace pour aller voir ce qui se passait. 

Quand la glace a cédé sous son engin, il a donné un coup de gaz pour se sortir du pétrin. Ce faisant, il a foncé vers le rivage où des pompiers se trouvaient.

« Il a failli nous frapper », raconte le chef Lavallée, qui rappelle que la glace sur le lac est encore trop fragile pour s’y aventurer. 

Plus tôt dans la semaine, une personne en ski de fond avait, elle aussi, testé à ses dépens la solidité de la surface glacée. Elle a heureusement réussi à sortir de l’eau par elle-même.

La Société de sauvetage du Québec recommande d’attendre que l’épaisseur de la glace atteigne 10 cm (4 pouces) avant de s’y aventurer à pied et 12 cm (5 pouces) pour y circuler en VTT ou en motoneige.

Selon la Société de sauvetage, environ sept Québécois perdent la vie par noyade durant l’hiver chaque année. « Dans la majorité des cas, les décès touchent des personnes qui marchaient, jouaient au hockey, pêchaient ou faisaient de la motoneige ou du VTT sur un cours d’eau gelé », peut-on lire dans un communiqué publié en décembre.

Quant aux véhicules tout-terrain du couple, l’un d’eux a été sorti de l’eau. Les tentatives des pompiers et du remorqueur pour sortir l’autre ont échoué. La manœuvre était trop risquée. Son emplacement a été identifié par des cônes.