« Les gens qui vont avoir des besoins plus grands ou vouloir flâner, ils ont de l’espace suffisant », assure le directeur général de Bedford, Guy Coulombe.
« Les gens qui vont avoir des besoins plus grands ou vouloir flâner, ils ont de l’espace suffisant », assure le directeur général de Bedford, Guy Coulombe.

Des repas en plein air pour relancer l’économie

Il n’y a pas que Sutton, Bromont et Cowansville qui souhaitent mettre de l’ambiance dans leurs rues principales pour attirer touristes et citoyens vers les commerces dans Brome-Missisquoi. Bedford et Lac-Brome ont aussi des idées sur la table. Leur point en commun est justement de se mettre à table.

Bedford permettra que les commerçants et restaurateurs prennent plus de place à l’extérieur, considère installer un système de haut-parleurs sur la rue afin de diffuser de la musique et ajouter des tables à pique-nique dans ses deux places publiques.

Le directeur général de la municipalité, Guy Coulombe, souligne que la préoccupation des élus et de l’administration est d’offrir un espace commercial sécuritaire pour les citoyens, les touristes et les commerçants.

« Ça va être permis d’agrandir les terrasses sur une partie du trottoir. Quand on a discuté avec les marchands pour voir s’ils veulent prendre tout le trottoir et qu’on aménage une zone piétonne sur les espaces de stationnement, ils ont répondu non. Pour certains marchands, il s’agit d’une clientèle qui entre et ressort, alors le stationnement à l’avant est pratique. »

Les commerçants ne désirent pas que les clients aient plus d’espace pour marcher et découvrir les boutiques.

« Les gens qui vont avoir des besoins plus grands ou vouloir flâner, ils ont de l’espace suffisant. On n’a pas voulu faire ça en vase clos. Ça a été notre premier réflexe, de vouloir enlever le stationnement d’un côté de la rue pour laisser plus de place aux piétons, mais les marchands nous donnent une réalité autre. On fait ça pour eux, alors c’est important de les écouter. »

Tables et kiosques

Les gourmands qui voudront acheter un repas pour emporter dans un des restaurants locaux pourront ensuite s’installer à la place du Souvenir et à la place du docteur Adrien-Tougas, toutes deux sur la rue Principale.

« Il y aura des tables à pique-nique pour manger dehors et des toilettes chimiques. On veut aussi, pour les commerçants qui ne sont pas directement sur la rue Principale, rendre des espaces disponibles à la place du docteur Adrien-Tougas pour qu’ils puissent mettre un kiosque sur place et se faire connaître. »

Un manque de personnel retarde cependant le déploiement de cette stratégie.

Il sera par ailleurs possible de consommer l’alcool acheté dans un restaurant avec son repas sur la place du docteur Adrien-Tougas. « Pour le square du Souvenir, je vais voir avec le conseil, indique M. Coulombe. Le square du Souvenir est à l’intersection de la 235 et de la 202, alors c’est plus bruyant la semaine. Si c’est suffisamment invitant pour les gens, nous devrions également le permettre. »

Pour qu’une ville accepte l’alcool acheté avec son repas, et non d’aller faire la fête avec sa caisse de bières, elle doit en aviser son service de police.

« Vous avez des règlements municipaux qui interdisent actuellement aux gens de consommer de la boisson dans les lieux publics, a souligné, lors de la dernière du conseil des maires, le directeur général adjoint de la MRC Brome-Missisquoi, Francis Dorion. Vous pouvez, lors d’événements spéciaux, permettre que ce genre de choses soit légal. Sur les bouteilles, il y a des codes qui permettent de savoir si elles ont été achetées dans un restaurant. Les policiers peuvent vérifier ça. Mais vous devez identifier les endroits où ce sera possible de prendre un verre. »

Les restaurateurs qui veulent agrandir ou avoir une terrasse doivent de leur côté vérifier avec la Régie des alcools, des courses et des jeux pour s’assurer qu’ils ont le bon permis.

Plus discret à Lac-Brome

Par ailleurs, la Ville de Lac-Brome a déjà mis en place quelques éléments pour aider les commerçants à relever la pente. « Ce n’est rien de physique comme à Bromont, mais ça va être des initiatives tout au long de l’été pour faire connaître nos commerçants », souligne le directeur général Gilbert Arel.

La municipalité a d’abord sondé tous les commerçants pour connaître leur besoin. Avec les réponses fournies, elle a fait faire des stations de nettoyages de mains que les commerçants ont installés à l’entrée. Avec la collaboration de KDC, des bouteilles de désinfectant ont aussi été fournies.

Un kiosque temporaire d’accueil touristique a de plus été installé au village et le marché public est déménagé sur le site du Théâtre Lac-Brome, amenant un flot plus important de personnes aux alentours.

Il n’est pas question d’augmenter l’espace piéton sur les deux artères principales du cœur du secteur Knowlton. « Si on avait plusieurs restaurants qui n’ont pas beaucoup d’espace extérieur, ça serait autre chose. On va créer aussi des parcs pique-nique dans des endroits stratégiques dans la ville pour prendre un bon repas à l’extérieur. C’est une question de jour ou de semaine pour tout mettre en branle. »

Un feuillet avec les endroits choisis sera remis aux restaurateurs pour qu’ils puissent les transmettre aux acheteurs de repas pour emporter.

Par contre, il ne sera pas possible d’y consommer une bouteille de vin, de bière ou de cidre acheté avec le repas. « Il n’y a pas de volonté des élus de permettre la consommation de boisson dans les parcs pique-niques. »

L’administration prévoit également des concours et des activités mensuelles, dès juillet.

Enfin, la Ville collabore avec le journal mensuel Tempo Lac-Brome pour réaliser une édition spéciale qui fera connaître les commerçants auprès de citoyens du village, mais aussi des environs. Un total de 30 000 copies seront distribuées dans 10 municipalités limitrophes plus tard cet été.