Les pompiers participants ont dû faire preuve de doigté pour déployer l’échelle longue d’une centaine de pieds.

Des pompiers s’affrontent pour une bonne cause

Des pompiers de la région et de l’extérieur ont rivalisé de rapidité et de précision pour une bonne cause. À la suite d’une compétition amicale qui s’est déroulée à Farnham, dimanche, 2650 $ ont été recueillis afin d’aider Liana Adam à se procurer un bras dynamique et à retrouver ainsi une partie de son autonomie.

L’événement était une initiative de l’entreprise d’équipement d’incendie Aréo-Feu, qui lançait à Farnham une série de rencontres semblables intitulées « Les pompiers s’affrontent pour une cause ».

L’entreprise a choisi la ville, mais ce sont les pompiers locaux qui ont pris l’initiative de venir en aide à Liana Adam. L’adolescente de Farnham souffre d’une d’amyotrophie spinale de type II, une maladie dégénérative qui affecte ses muscles et sa mobilité. Elle souhaite acquérir un bras dynamique dont le coût avoisine les 30 000 $ afin d’améliorer son quotidien. Liana était d’ailleurs présente dans l’assistance dimanche.

Aréo-Feu assurait une aide logistique importante en fournissant tout le matériel nécessaire à la compétition, du camion d’incendie jusqu’au kiosque à hot-dogs. Ainsi, la Ville de Farnham n’a pas eu à investir un sou dans l’organisation, ce qui a permis de consacrer tout l’argent amassé à la cause de Liana.

Près d’une centaine de curieux étaient sur place, malgré le temps froid et incertain, selon les observations du chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Farnham, Patrick Morin. Les équipes de pompiers provenaient essentiellement de la région, mais le service de Sorel-Tracy avait également envoyé des représentants. Ceux-ci ont d’ailleurs bien performé puisqu’ils ont terminé à égalité au classement avec l’équipe de Farnham.

Les sapeurs avaient toutes les raisons d’exceller puisqu’il s’agissait de défis liés de près ou de loin à leur métier. Les participants ont par exemple testé leur précision dans le déploiement d’une échelle d’intervention longue d’une centaine de pieds ou encore leur rapidité à enfiler leur tenue de combat. Certaines épreuves sortaient davantage de l’ordinaire, comme l’utilisation de pinces de désincarcération pour transporter les pièces d’un jeu Jenga géant.

Chaque équipe devait débourser 100 $ pour participer. Le reste du montant a été obtenu grâce aux dons du public et à l’argent dépensés lors des repas.