Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Tous les partys de bureau du temps des Fêtes avaient un point en commun cette année : la visioconférence.
Tous les partys de bureau du temps des Fêtes avaient un point en commun cette année : la visioconférence.

Des partys de bureau revus et corrigés

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
La fin d’année est généralement marquée par une fête avec ses collègues de bureaux. Si ce type d’événement n’était pas permis cette année, certaines entreprises ne se sont pas laissé débiner par l’interdiction de se rassembler pour souligner le travail accompli par leur équipe. Elles ont plutôt redoublé d’imagination pour offrir une fête hors de l’ordinaire à leurs employés, et ce dans le respect des règles sanitaires.

Plusieurs initiatives différentes ont été rapportées à La Voix de l’Est ces derniers jours. Du souper livré à la maison au spectacle en visioconférence en passant par un beach party, le party de Noël des employés n’aura pas été le même, mais il aura été marquant malgré tout. Et elles ont toutes un dénominateur commun : la visioconférence.

Le premier spectacle virtuel de Madmoiselle a eu lieu «devant» une centaine d’employés de Home Depot, à Granby.

«On devait avoir un spectacle avec elle cet automne, mais il a été repoussé à cause de la deuxième vague. Elle n’était pas rodée encore pour des spectacles virtuels alors on lui a suggéré d’être un test pour elle», explique le directeur général du magasin, Patrick Talbot, qui semblait heureux de voir son party servir de cobaye.

L'événement a eu lieu en direct sur le groupe Facebook des employés où Madmoiselle a même pu échanger avec les spectateurs. Normalement une quarantaine à la soirée de fin d’année, ils étaient plus d’une centaine à regarder le spectacle en direct de leur salon.

Madmoiselle a présenté un spectacle virtuel devant les employés du Home Depot de Granby.

Pour joindre l’utile à l’agréable, un repas du Café des trois pommiers, le restaurant de SOS Dépannage, a été livré à l’ensemble des employés. «Ça leur faisait un revenu additionnel. On a commandé tout près de 180 repas qu’on a livrés à nos employés», note M. Talbot.

En plus des 3000 $ en repas, un don du même montant a été effectué auprès de la banque alimentaire.

«En étant travailleur essentiel, c’est un stress additionnel. Le milieu de la rénovation en bénéficie beaucoup parce que les gens rénovent, note M. Talbot. On a donc doublé le budget pour le party de Noël. Pour le bien de nos employés, ça valait la peine.»

Deux mois de planification

Toujours dans le monde de la rénovation, la chaîne Canac a pris les choses en mains il y a deux mois déjà. «On savait que nos employés avaient connu une année difficile, surtout au début de la pandémie, souligne Patrick Delisle, directeur marketing chez Canac. Quand on a lancé l’idée d’un événement, c’était principalement pour leur dire bravo.»

L’entreprise a engagé une firme qui fait dans l’événementiel pour construire la soirée réunissant 4000 invités, tous chacun chez soi.

Ils ont réalisé un spectacle télévisuel personnalisé de 2 h. Un animateur radio de Québec a mis de l’ambiance avant le spectacle officiel. Puis, la soirée animée par l’humoriste Alexandre Barrette leur a permis de voir les gagnants de Révolution Janie et Marcio, qui avaient préenregistré une performance de danse dans le centre de distribution, ainsi que des numéros des humoristes P-A Méthot et Rachid Badouri.

La chaîne Canac a organisé une émission de télé spécialement pour ses employés de partout au Québec.

«Avec le line-up qu’on a là et le fait que ça n’a pas planté, avec plusieurs plans de caméras, ça a été très apprécié, renchérit M. Delisle. On a peut-être créé un monstre!»

Par contre, il ne faut pas s’attendre à ce que l’expérience soit répétée. À une année particulière, une soirée particulière, souligne M. Delisle.

Les retraités choyés

Le Cégep de Granby a pour sa part célébré ses retraités en même temps que Noël avec ses employés.

Tout un défi technique attendait l’équipe d’organisation, raconte Katie Girard. En plus de réunir tous les invités sur Teams, ils ont dû utiliser une autre plateforme pour l’animation et le spectacle.

Les trois animatrices maison, soit Cécile Gengenbacher, Lucie Deslandes et Mme Girard, ainsi que Matthieu Verrette au piano, ont mit les cœurs à la fête avec des défis, un concours de danse sur la chanson très populaire Jerusalema, et des sketchs.

Les animatrices du party de bureau du Cégep de Granby ont lancé une invitation à y participer en tournant une vidéo.

Les neuf retraités ont pour leur part été surpris par Véronique Dicaire, qui avait préparé des vidéos personnalisées pour chacun d’eux. Elle a aussi offert un extrait de son nouveau spectacle.

Souper international

Les Industries Martin ont des employés partout sur le globe qui se déplacent à Farnham une ou deux fois par année. Puisque ces rencontres étaient impossibles cette année en raison de la pandémie, l’entreprise qui fait dans les équipements de protections pour le gonflage des pneus a choisi de faire livrer de bons repas à son équipe.

Dans la région, «on a appelé les Enfants terribles pour des repas de plusieurs services avec le vin, évoque le président de l’entreprise Martin Depelteau. On a fait livrer des repas pour deux avec un choix de vin. On leur a demandé de nous envoyer une photo d’eux en train de manger et on va publier ça à l’interne.»

Des repas ont aussi été commandés et livrés aux employés dans les autres bureaux, comme en Hollande, en Australie et en Chine.

Avec les différents fuseaux horaires, il devenait cependant compliqué de faire une soirée par visioconférence.

Sous le chaud soleil... de décembre

Le regroupement de professionnels de la santé Kinatex prépare une soirée «beach party» pour les employés des différentes cliniques partout au Québec. La soirée devait avoir lieu à la mi-décembre, mais un problème technique a forcé son report à une date inconnue.

«Normalement, on fait une soirée dansante chaque année, mentionne la copropriétaire Sophie Bouchard. Évidemment, cette année, on ne peut pas. On est toute une gang qui aime beaucoup danser.»

Il allait sous le sens, ainsi, d’organiser une soirée dansante... virtuelle. Le thème a été choisi pour sortir de la morosité de l’hiver, ajoute-t-elle.

Là aussi, deux plateformes seront utilisées. Les 950 invités se brancheront sur l’une, tandis que le DJ sera en direct sur une autre plateforme.