L'offre éducative est bonifiée aux Boisés Miner. Le maire, Pascal Bonin, et Patrick Paré du Zoo de Granby ont dévoilé une série de nouveaux panneaux; certains signalétiques, d'autres d'interprétation qui portent sur la richesse faunique et florale de ce parc urbain.

Des panneaux pour mieux connaître les Boisés Miner

Fort des inventaires qu'il a réalisés sur la faune et la flore des Boisés Miner depuis 2014, le Zoo de Granby a dévoilé mardi, conjointement avec la Ville de Granby, une série de panneaux éducatifs disséminés le long des 3,2 km de sentiers de ce parc urbain.
En fait, ce sont 11 panneaux d'interprétation, huit panneaux signalétiques et quatorze affichettes de protection des milieux naturels qui ont été installés afin de sensibiliser et d'éduquer les randonneurs qui fréquentent l'endroit.
Car cet espace vert de 124 hectares ne manque pas d'attraits, a souligné le biologiste et directeur de la conservation et de la recherche au Zoo de Granby, Patrick Paré. Le secteur regroupe une quarantaine de milieux humides, une érablière, une prucheraie et des arbres centenaires. Les inventaires ont permis d'identifier la présence de 124 espèces animales et de 18 espèces menacées, en péril ou à statut précaire, dont la grive des bois, la salamandre à quatre orteils, la couleuvre à collier, la petite chauve-souris brune, l'ail des bois et le noyer cendré, souligne-t-il.
Les panneaux produits sont ainsi riches d'une foule d'informations sur ces espèces, mais aussi, par exemple, sur la vie nocturne animale, ses habitudes hivernales ou sur certaines espèces floristiques plus impressionnantes.
Plusieurs initiatives 
L'installation de ces panneaux s'ajoute au Guide d'information et de gestes écocitoyens pour la conservation des Boisés Miner qui a également été produit, souligne Patrick Paré. Il sera d'ailleurs possible de télécharger ce guide sur le site de la Ville de Granby ou sur celui du Zoo de Granby. 
Autre initiative mise en place : des dortoirs à chauves-souris ainsi que des nichoirs seront distribués à une trentaine de riverains des Boisés Miner. 
La Ferme Héritage Miner, d'où il est possible d'accéder aux sentiers, étant dorénavant sous la responsabilité de l'organisme Commerce et tourisme Granby et région, celui-ci a assumé les coûts de la carte des sentiers qui a été produite et qui sera distribuée dans les bureaux d'accueil touristique de Granby, note le directeur de la conservation­ et de la recherche au Zoo. 
Selon lui, une flopée de partenaires ont travaillé de près ou de loin à la bonification de l'offre éducative aux Boisés Miner. Des membres du Club d'observateurs d'oiseaux de la Haute-Yamaska, le coordonnateur en environ­nement à la Ville de Granby, Serge Drolet, ainsi que des employés des travaux publics sont quelques-unes des personnes qui ont contribué chacune­ à leur façon au projet. 
Au total, environ 100 000 $ ont été investis depuis trois ans pour la réalisation de l'ensemble des démarches. Là encore, plusieurs partenaires y ont contribué, dont la Ville, la Fondation du Zoo de Granby qui « souhaite plus que jamais s'associer à des projets de conservation », selon son directeur, Benoit Chabot, ainsi que la Fondation Hydro-Québec pour l'environnement, qui, à elle seule, a assumé près de la moitié des coûts avec une contribution de 49 900 $.
Activités
Le maire de Granby, Pascal Bonin, a pour sa part rappelé les démarches entreprises par la Ville auprès du gouvernement du Québec­ pour faire de l'endroit une réserve naturelle, protégée à perpétuité. « Ça démontre que c'est possible de développer une ville en symbiose avec le milieu naturel­ », a-t-il affirmé.
Après avoir fait l'objet de tests au cours de la dernière année, deux programmes d'interprétation seront offerts aux citoyens en 2018, fait savoir Patrick Paré. Une des activités se déroulera l'été, à la pénombre, et permettra de découvrir les espèces nocturnes, tandis que l'autre est prévue durant la saison froide et permettra à ceux qui le désirent de participer à des séances de pistage.