Pierre Breton affirme être très fier des accomplissements du gouvernement Trudeau et de leurs retombées dans Shefford.

Des millions de dollars investis depuis janvier, dit Pierre Breton

S’il dressera un bilan de son premier mandat comme député de Shefford à la fin de l’été, Pierre Breton a d’ores et déjà affirmé que plusieurs mesures mises en place depuis l’élection d’octobre 2015 ont porté leurs fruits dans la circonscription.

L’élu affirme être somme toute très fier des accomplissements du gouvernement Trudeau et de leurs retombées dans Shefford, même si la session parlementaire s’est conclue « de bien triste façon », avec le décès de son collègue conservateur Mark Warawa, qui a succombé jeudi à un cancer.

Depuis janvier seulement, 13 millions de dollars ont été investis dans Shefford sous forme de diverses contributions financières, allègements fiscaux et autres mesures. « Ce sont autant nos entreprises que nos organismes communautaires, nos familles, nos jeunes, nos aînés et nos travailleurs qui ont bénéficié des impacts importants de ces investissements directement dans notre circonscription », s’est enorgueilli le député.

« Lorsqu’on regarde le taux de chômage, il est passé de 7,2 % à 4,2 % dans la région depuis novembre 2015, indique le député. Notre gouvernement a contribué à la création de 4000 emplois. »

La mise en place de l’Allocation canadienne pour enfants en juillet 2016 et la bonification de celle-ci deux ans plus tard, a pour sa part permis aux familles de quelque 22 000 enfants dans la région de voir leur qualité de vie améliorée. Un millier d’entre elles ont par ailleurs pu sortir de la pauvreté grâce à cette aide qui représente, en moyenne, 7300 $ par ménage, allègue l’élu, soulignant que les aînés ne sont pas en reste avec la bonification du supplément de revenu garanti.

De plus, dit-il, le programme Nouveaux Horizons pour les aînés, qui finance de nombreuses initiatives communautaires, sera bonifié de 40 % l’an prochain.

Enfin, 212 jeunes âgés de moins de 30 ans ont pu obtenir un emploi cet été grâce à la contribution financière d’Ottawa.

Compenser les agriculteurs

En ce qui concerne l’agriculture, M. Breton a rappelé que tout près d’un demi-million de dollars ont été investis dans une douzaine de projets sur des fermes laitières de Shefford pour compenser les producteurs des pertes potentielles subies par un accord de libre-échange avec l’Europe.

Les producteurs canadiens évoluant dans le système de gestion de l’offre qui seront pénalisés par le nouvel Accord de libre-échange États-Unis-Mexique-Canada se partageront une enveloppe de 3,9 milliards de dollars dont les modalités seront annoncées à la fin juin, a précisé l’élu. « Les producteurs sont très heureux d’entendre que notre gouvernement s’est commis à les compenser de façon pleine et entière », dit M. Breton, également l’instigateur d’une étude sur la santé mentale des agriculteurs.

L’environnement, le « sujet de l’heure »

Estimant que l’environnement et la lutte aux changements climatiques constituent une priorité, Pierre Breton rappelle que son gouvernement a investi 400 000 $ dans Shefford pour y protéger plusieurs milieux naturels et espèces en péril. « Et d’autres projets sont sur la table », laisse entendre le député.

La prime incitative de 5000 $ à l’achat d’un véhicule électrique a fait ses preuves, se réjouit M. Breton. « Depuis sa mise en place, les ventes de voitures électriques ont augmenté de 40 %. Jumelée au rabais de 8000 $ du gouvernement du Québec, ce sont 13 000 $ que peuvent économiser les contribuables. »

L’élu ne voit pas de contradiction entre les ambitions écologistes de son parti et l’acquisition de l’oléoduc Trans Mountain. « Le Canada est un pays producteur de pétrole, on ne peut pas le nier, souligne M. Breton. On aura besoin du pétrole encore plusieurs années, mais grâce à l’oléoduc, nous pourrons l’exporter à un meilleur prix. De plus, notre gouvernement s’est engagé à réinjecter tous les profits de l’oléoduc dans la transition écologique, que ce soit les technologies vertes, l’électrification des transports ou le transport en commun, par exemple. »

« L’environnement, c’est le sujet de l’heure, poursuit le député. On doit tous travailler ensemble et investir le plus d’efforts possible. »