Des dizaines de médecins et pharmaciens en Haute-Yamaska sont privés depuis près d’un mois des séances hebdomadaires­ de formation continue à l’Hôpital de Granby.

Des médecins et des pharmaciens privés de formation continue

On le sait, les percées dans l’univers médical et le monde pharmaceutique se succèdent à un rythme effréné. Or, les mesures liées aux débordements à l’urgence de l’Hôpital de Granby ont des répercussions jusque dans la formation d’effectifs qui œuvrent dans ces deux sphères.

Depuis la mi-janvier, pharmaciens et médecins sont privés des séances hebdomadaires de formation continue qui se déroulaient dans la salle de réunion Yamaska, au sous-sol de l’Hôpital de Granby. Or, ce même local a été transformé en unité de débordement.

« La moindre des choses lorsqu’on met en place des mesures, c’est d’évaluer les répercussions avant d’agir. De toute évidence, ça n’a pas été le cas à l’Hôpital de Granby. Priver de séances de formation des médecins et des pharmaciens, ce n’est pas l’idée la plus géniale qui soit », déplore un des participants, qui a tenu à ce que l’on taise son identité.

Le centre hospitalier a une seconde salle (Granby) de rencontre et de formation, juste à côté de la Yamaska. Or, l’endroit a également été déclaré « site non traditionnel de soins ».

Rappelons que le 11 janvier, en plein pic d’influenza, avec deux unités en situation d’éclosion et des patients en isolement ainsi qu’une urgence en surcapacité, le CIUSSS de l’Estrie avait décidé d’ouvrir une nouvelle unité de débordement de cinq lits, qui s’ajoutait à celle de 10 lits dont elle disposait déjà. « On a une responsabilité lorsque nos sites sont tous occupés. Ce qui nous préoccupe, c’est que plusieurs personnes à hospitaliser attendent à l’urgence, avait alors indiqué Robin-Marie Coleman, directrice générale adjointe, volet santé physique au CIUSSS. [...] On voulait se préparer advenant que l’on ait besoin de transférer des patients. »

Plan B

Selon nos informations, de 40 à 80 médecins et pharmaciens participent chaque semaine aux rencontres de formation continue au centre hospitalier de Granby (CHG).

« Ces réunions permettent aux médecins puis aux pharmaciens de se tenir au courant de ce qui se passe au niveau de la recherche. Et Dieu sait que ça va vite à ce niveau. On peut avoir un pneumologue du CHUS de Sherbrooke qui vient donner les plus récentes lignes directrices dans son créneau. Bref, tous les experts dans leur domaine viennent nous dévoiler les avancées. On s’occupe de la santé des gens, c’est primordial d’avoir toutes les connaissances à jour pour bien le faire », a clamé une de nos sources.

À la fin janvier, le CIUSSS a sondé les médecins et les pharmaciens au sujet d’un plan B pour relancer la formation continue. On demandait notamment aux gens s’ils sont prêts à se déplacer hors de l’hôpital pour assister aux conférences. On voulait également connaître leur opinion à propos de demi-journées de formation pour remplacer les nombreuses réunions annulées. Les répondants ont aussi été appelés à choisir un endroit alternatif pour tenir les rencontres. Les options proposées sont une salle de conférence au Zoo de Granby, à l’hôtel Castel de Granby ou à l’hôtel St-Christophe.

Selon nos informations, l’impasse perdure dans le dossier. Notons que l’urgence du CHG a été en surcapacité pendant les trois derniers jours. Au cours de cette période, aucun patient n’aurait été envoyé dans l’unité de débordement aménagée dans la salle Yamaska.

Le CIUSSS de l’Estrie n’a pas accordé d’entrevue, nous envoyant ces quelques lignes en guise de commentaire. « Le site non traditionnel de soins a été mis en place afin de répondre aux besoins de la population. Il s’agit d’une mesure temporaire qui est réévaluée périodiquement, a indiqué par courriel la conseillère en communication Julie Constantineau. Des mesures alternatives ont été identifiées pour poursuivre la formation continue des médecins et des pharmaciens. »