«L’accumulation de lingettes provoque des tresses compactes et résistantes qui bouchent la pompe», détaille Alain Baril, directeur du service de traitement des eaux à la Ville de Farnham.
«L’accumulation de lingettes provoque des tresses compactes et résistantes qui bouchent la pompe», détaille Alain Baril, directeur du service de traitement des eaux à la Ville de Farnham.

Des lingettes jetables causent des bris de pompe à la station d’épuration de Farnham

Roxanne Caron
Roxanne Caron
La Voix de l'Est
L’utilisation de lingettes a décuplé depuis quelques semaines en raison de la crise sanitaire. Et certains ont encore la mauvaise habitude de les jeter dans la toilette. L’usine de traitement des eaux de la Ville de Farnham en sait quelque chose puisqu’elle connaît actuellement des problèmes d’obstruction des conduites d’égouts et des bris des pompes causés par les déchets y circulant.

« L’accumulation de lingettes provoque des tresses compactes et résistantes qui bouchent la pompe », détaille Alain Baril, directeur du service de traitement des eaux à la Ville de Farnham.

Avec la main-d’oeuvre et les pièces, M. Baril estime la facture totale des réparations majeures entre 7000 $ et 10 000 $.

Depuis le début de l’année, c’est la troisième fois que les conduites d’égouts son obstruées. «La majorité des municipalités sont prises avec ça », déplore-t-il.

Même si on peut lire sur certains emballages de lingettes que celles-ci sont biodégradables, elles ne se dégradent pas aussi rapidement qu’on le croit, indique M. Baril. «Il faut les jeter à la poubelle», dit-il.

CES DÉCHETS NE DOIVENT PAS ÊTRE JETÉS DANS LA TOILETTE

— Les lingettes jetables (Malgré ce qui est parfois indiqué sur leur emballage, ne sont pas biodégradables et leur accumulation dans les égouts crée des amas de lingettes tressées)

— Solvant, essence ou huile

— Gras de cuisson et restants de table

— Serviettes hygiéniques, tampons, couches jetables, cordes, ficelles, fil dentaire, cure-oreilles et condoms

— Mégots de cigarette