Ève Laboissonnière, 16 ans, a remporté un prix de l’AMOPA pour sa nouvelle Le courriel, ainsi qu’un prix de la FAE pour sa lettre d’opinion Le troisième genre. Sur la photo : Alain Marois de la FAE, Ève Laboissonnière et son enseignante Marilène Scott.

Des jeunes de Val-des-Cerfs à l’honneur

Treize jeunes de la commission scolaire du Val-des-Cerfs ont remporté des prix à un concours de littérature française internationale, ce qui fait de 2018 une année record pour les différentes écoles participantes de la région.

Une soixantaine de personnes, parents, amis, enseignants et membres de la commission scolaire du Val-des-Cerfs se sont réunis en début d’après-midi mercredi pour assister à la remise de prix littéraires provinciaux et internationaux décernés à plusieurs élèves d’écoles secondaires de la région.

Depuis quatre ans, la commission scolaire participe au concours « Défense et illustration de la langue française » de la section québécoise de l’Association des membres de l’ordre des palmes académiques (AMOPA). À chaque fois, au moins un élève avait remporté un prix, mais l’année 2018 se démarque comme étant exceptionnelle, avec 13 gagnants sur les 46 participants de Val-des-Cerfs. Notons qu’environ 500 personnes y participent au Québec et qu’il y a un millier de participants à l’international.

Sortir du lot

Bien que les 13 travaux récompensés se sont tous démarqués, certaines nominations ont particulièrement retenu l’attention, dont celles des quatre garçons.

« On dit souvent que les garçons ne sont pas intéressés ou ne sont pas performants [en français], alors on était fier qu’ils participent et qu’ils gagnent... Surtout que ce ne sont pas des jeunes de cours particuliers, comme du PEI — [ils sont] du régulier, alors c’est encore plus remarquable, je pense ! » souligne Édith Catherine Mongeon, conseillère pédagogique à la commission scolaire de Val-des-Cerfs.

Parmi eux, Jacob Houle, 16 ans, avait composé son texte dans le cadre d’un examen de français, mais son enseignante, Maryline Scott, lui avait suggéré de le soumettre au concours. Il a bien fait, car il a terminé premier au niveau provincial dans la catégorie de la nouvelle.

« J’ai trouvé ça le fun, j’étais fier de moi ! », a lancé l’adolescent, qui considère l’écriture comme l’une de ses matières favorites.

Il s’est également réjoui pour une camarade de sa classe qui a eu la surprise de recevoir deux distinctions durant la cérémonie. 

En effet, Ève Laboissonnière, 16 ans, s’est d’abord fait remettre le 2e prix au niveau international par l’AMOPA, pour sa nouvelle Le courriel — aussi rédigée dans le cadre du cours de Mme Scott.

Puis l’adolescente a été appelée une deuxième fois sur scène pour apprendre qu’elle avait aussi gagné le concours « Héros — La grande rédaction », organisé par la Fédération autonome des enseignants (FAE).

« C’est un concours dont mon père avait entendu parler, et il se doutait que ça pouvait m’intéresser, donc il m’en a parlé. Je suis allée lire davantage d’informations sur le concours, et je trouvais que les sujets et les thèmes abordés rejoignaient vraiment mes valeurs, alors ça m’a donné envie de participer », se souvient Ève Laboissonnière.

« J’aime beaucoup écrire, c’est une passion, depuis que je suis toute petite », ajoute-t-elle.

Son texte, une lettre d’opinion intitulée Le troisième genre, traite de la non-binarité.

Elle se dit très touchée d’avoir remporté un prix pour avoir exprimé un point de vue qui lui tenait à cœur, surtout qu’elle avait travaillé particulièrement fort sur ce texte.

Celui-ci a d’ailleurs été publié dans le quotidien Le Devoir jeudi, au lendemain de la cérémonie.

Les gagnants du concours littéraire « Défense et illustration de la langue française » de l’AMOPA. De gauche à droite : Ève Laboissonnière, Jacob Houle, Séléna Desjardins, Julien Carie, Noémie Berthiaume, Marie-Pierre Germain, Noémie Cloutier, Dominique Gélinas, Frédérique Guilbeault, Katrine Choquette, Frédérique Khoury et Victor Bustos. (absent de la photo : Justin Lemaire)

Les 13 gagnants

Voici en rafale les différents gagnants et leur catégorie : en poésie, les gagnantes au niveau provincial sont Marie-Pierre Germain (1er prix) et Séléna Desjardins (2e prix). Toujours en poésie, mais au niveau international, on retrouve Noémie Cloutier et Dominique Gélinas (ex-eaquo 1er prix) ainsi que Frédérique Guilbeault (2e prix).

Du côté de la nouvelle littéraire, les gagnants sont Jacob Houle (1er prix provincial), Noémie Berthiaume et Ève Laboissonnière (ex aequo au 2e prix) et Justin Lemaire (1er accessit international).

Ensuite, pour le prix d’expression écrite englobant les autres genres de textes, Frédérique Khoury a remporté un 2e prix provincial, Victor Bustos a décroché le 1er prix international, et Julien Carie un 2e accessit international.

Finalement, Katrine Choquette a gagné un prix spécial, décerné pour la première fois cette année, la distinction ayant été créée spécialement pour récompenser un projet d’écriture où les élèves écrivaient les deux premiers chapitres d’un roman intégrant des repères historiques réels.