Jane Patrick invite les intéressés à se joindre aux Townships Grandmothers pour un souper au profit de trois pays d’Afrique de l’Est touchés par le cyclone Idai: le Zimbabwe, le Mozambique et le Malawi.

Des grands-mères mobilisées pour l’Afrique

Les Grands-mères des Cantons-de-l’Est (Townships grandmothers) se mobilisent pour venir en aide à trois pays d’Afrique de l’Est : le Zimbabwe, le Mozambique et le Malawi, qui ont été meurtris par un cyclone à la mi-mars. Elles invitent la population de Brome-Missisquoi à participer à un souper spaghetti, le 26 avril, qui permettra de lever des fonds pour la Fondation Stephen Lewis qui chapeaute là-bas des projets d’urgence.

Comme des centaines de grands-mères du Canada, les grands-mères des Townships ont répondu à l’appel de la Fondation Stephen Lewis, une ONG canadienne qui coordonne des projets de lutte contre le SIDA et d’autres maladies en Afrique.

« Je suis allé en Ouganda il y a deux ans et j’ai pu constater que la situation est dramatique là-bas, particulièrement pour les femmes âgées qui doivent apprendre à se battre pour leurs droits. La Fondation Stephen Lewis contribue à les aider en leur payant des avocats ou des docteurs », explique Jane Patrick, une résidente de Sutton membre des Townships grandmothers depuis douze ans.

Le cyclone Idai a touché durement le Mozambique et ravagé certaines régions du Zimbabwe et du Malawi entre le 6 et le 15 mars dernier. Si la catastrophe naturelle a causé plusieurs milliers de morts, les jours qui ont suivi ont également été très difficiles. Un nombre important de citoyens ont été laissés à eux-mêmes, favorisant ainsi la propagation de maladies telles que le choléra.

Interpellées par la fondation Stephen Lewis avec laquelle elles collaborent étroitement, Mme Patrick et d’autres membres de l’organisation ont décidé de mettre sur pied un souper spaghetti et un encan silencieux qui se dérouleront le 26 avril prochain à l’église anglicane de Sutton. « C’est un type d’événement que nous avons déjà organisé et qui avait bien fonctionné. Nous avions déjà pu amasser quelques milliers de dollars, donc on espère que ça fonctionne aussi bien cette fois », lance-t-elle.

Townships grandmothers

Bien que l’organisation dont fait partie Jane Patrick a été fondée il y a plus de dix ans, sa présence se fait plutôt discrète dans la région. Des groupes semblables existent partout au Canada et dans différents pays, mais l’organisation peine à prendre racine au Québec. Les grands-mères de Brome-Missisquoi tiennent tout de même quelques activités annuelles, dont la vente de plantes, chaque été à Lac-Brome. « Nous sommes très fières de remettre chaque sou que nous ramassons à la fondation Stephen Lewis », soutient Mme Patrick.

Comme ses camarades, cette dernière aimerait que son organisation attire davantage de membres et rayonne dans la région. « Ce n’est pas que réservé aux vraies grands-mères, tu pourrais te joindre à nous si notre engagement t’interpelle », lance-t-elle au journaliste de La Voix de l’Est.

Les Townships Grandmothers qui demeurent jusqu’à présent un organisme anglophone aimeraient développer dans le futur un pendant francophone dans la région.