Maximilien Roy, président et directeur général du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec, a accompagné une dizaine de jeunes entrepreneurs dans la mission économique à Granby.

Des entrepreneurs en mission économique à Granby

Des entrepreneurs de Montréal sont venus sonder le terrain de Granby, jeudi. En mission économique avec le regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec, huit personnes issues des minorités ont visité rapidement la ville et se sont laissées séduire par diverses organisations.

À l’invitation de Génération Avenir, le regroupement a amené sa mission économique à Granby. Depuis un peu plus d’un an, cette mission amène des cohortes de 10 entrepreneurs issus des minorités dans différentes villes du Québec.

« On veut les sortir des grands centres pour leur faire visiter d’autres endroits au Québec où il y a une économie et un écosystème entrepreneurial florissants, explique le président et directeur général du regroupement, Maximilien Roy. Granby est un exemple. Le maire leur a très bien vendu la municipalité. La Ville ne veut pas nécessairement juste des entrepreneurs, mais aussi des citoyens. Le maire invitait les gens à venir rester ici. Il a bien vendu le fait que c’est une ville où il fait bon vivre. Et un des points vendeurs est que le coût de location du pied carré est tellement plus bas qu’à Montréal qu’ils ont tout intérêt à venir s’installer ici. »

Parmi cette dizaine d’entrepreneurs, certains étaient là pour voir si Granby est une ville qui pourrait accueillir une franchise de leur entreprise. C’était le cas de Moussa Cisse Keita, originaire du Mali ayant grandi en France. Il demeure à Montréal depuis huit ans et a développé Losmose, une entreprise visant à accueillir les nouveaux arrivants en les aidant à avoir du travail dès leur arrivée.

« On s’est associé à différents partenaires pour les aider à travailler dès qu’ils arrivent, souligne-t-il. On leur loue des appartements et on leur permet de travailler. À Granby, il y a un manque d’employés, de ressources humaines. Le business que je propose répond à ce besoin. »

Derek Beech aussi était venu tâter le terrain pour l’entreprise pour laquelle il travaille, Cacao 70, un bistro spécialisé dans le chocolat. « On veut voir les opportunités d’aller dans d’autres régions du Québec. On est situé à Montréal, on a quelques franchises, dont quelques-unes à l’extérieur de l’île, mais on n’avait pas eu l’idée d’aller voir à Granby. On n’avait pas de raison pour venir exactement à Granby, mais ça nous donne une opportunité de venir voir le coin, son dynamisme. C’était très intéressant. On a toujours des franchisés qui nous approchent pour avoir la bannière. On veut voir quel est le meilleur marché. »

La journée à Granby était la sixième mission économique du regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec.

Elle a débuté avec une rencontre chez Desjardins. S’en est suivi une visite chez Sani-Éco, entreprise où travaille la présidente de Génération Avenir, Andrée-Anne Gagné. « Il fallait une visite d’entreprise dans l’offre et on a suggéré ça. Ça a été fortement apprécié », affirme Mme Gagné.

Après un dîner au Oblon, restaurant choisi pour la jeunesse de ses propriétaires, le groupe s’est dirigé vers le CITIG pour rencontrer des organismes. La journée s’est conclue par un 5 à 7 avec des membres de Génération Avenir et de la Chambre de commerce de la Haute-Yamaska « pour montrer tout le côté entrepreneurial de Granby et qu’on est une ville accueillante. »

Une centaine de personnes s’y sont présentées.