Des élèves de 6e année ont recueilli plusieurs échantillons d’eau tout en profitant de l’occasion pour planter des arbustes à proximité et retirer des déchets.

Des élèves analysent l’eau du lac Roxton

Par un après-midi frisquet d’automne, des élèves de 6e année avaient les deux pieds dans les eaux glaciales de la rivière Mawcook, qui s’écoule près de l’école de Roxton Pond.

Armés de gants longs, de récipients, de brosses et de filets, ils ont recueilli mercredi plusieurs échantillons d’eau afin de dresser un bilan de santé du lac Roxton, situé en amont, tout en profitant de l’occasion pour planter des arbustes à proximité et retirer des déchets.

L’eau sera analysée de différentes façons, notamment en évaluant la quantité de petits insectes aquatiques qui y vivent et qui représentent « d’excellents indicateurs de la santé globale d’un cours d’eau », a indiqué Jean-Daniel Boisvert de la fondation pour la Sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska (SETHY).

Cette activité baptisée « J’adopte un cours d’eau » et mise sur pied par l’Organisme de bassin versant de la Yamaska, en collaboration avec la fondation pour la SETHY, vise à sensibiliser les élèves à la protection de l’eau.

Évolution

Car la santé du lac Roxton, qui s’écoule dans la rivière Mawcook, ne s’améliore pas avec les années, dit l’enseignant François Perras, qui montre du doigt les terres agricoles.

« Il faudrait un épandage naturel, dit-il. Il y a une réflexion à faire à ce niveau-là. »

Respecter les bandes riveraines, améliorer les connaissances du lac, utiliser de l’argile et du lanthane et enlever les îles flottantes font aussi partie de la solution, explique Marcel Lamoureux, président du Comité d’environnement du lac Roxton.

L’activité « J’adopte un cours d’eau » a aussi été implantée cette année dans les écoles secondaires Haute-Ville, Wilfrid-Léger ainsi qu’à l’école primaire des Passereaux, à Saint-Hyacinthe.