Le 6e gala de la Fondation estrienne en environnement s’est déroulé le 7 novembre dernier à l’Hôtel Chéribourg, à Orford, où des membres du personnel et du conseil d’administration du Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin sont venus recevoir les honneurs. Ici, on peut voir Josée Lamoureux, Jocelyne Bernier, Marianne Labrie, Mario Fortin, Jean-Marie Lemoy, Valérie Banville, Michel Bourgeois et Yvon Lalumière.

Des efforts environnementaux du CINLB récompensés

Le Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin (CINLB) s’est distingué lors du 26e gala de la Fondation estrienne en environnement, alors que l’organisme a mis la main sur un prix Distinction et un Grand prix d’excellence.

L’événement s’est déroulé le 7 novembre dernier à l’Hôtel Chéribourg, à Orford, où des membres du personnel et du conseil d’administration sont venus recevoir les honneurs.

Le CINLB s’est mérité ces deux prix grâce aux efforts déployés depuis sa fondation, en 1980, pour offrir un milieu naturel protégé, mais accessible à la population.

« Entre marais et boisés, 9,7 km de sentiers ont vu le jour, en plus de 400 m de passerelles, deux tours d’observation et différents jardins », rappelle-t-on, ajoutant que plus de 160 000 personnes ont fréquenté l’endroit l’an dernier en plus d’en apprendre davantage sur leur environnement.

« Cette reconnaissance envers le CINLB souligne ses activités de conservation du territoire, de sensibilisation et d’éducation de ses visiteurs face à l’environnement. Depuis près de quarante ans, l’organisme offre un contact privilégié avec la nature et des activités éducatives et accessibles », a déclaré Yvon Lalumière, président du conseil d’administration de l’organisme.

D’autres organisations de la région ont été célébrées lors du gala, soit Waterville TG et DeltaGomma, grâce à leur partenariat ayant permis de diminuer de 35 % la quantité de matières résiduelles destinées à l’enfouissement, et le Centre local de développement de Brome-Missisquoi, dont le projet de symbiose industrielle a permis de lier plus de 100 entreprises à travers près de 450 échanges qui ont permis la valorisation de plus de 5000 tonnes de matières résiduelles.