Yves Bélanger avait mis le paquet pour tenter de se faire élire à la mairie, avec des dépenses électorales de plus de 25 000 $.

Des dépenses électorales de plus de 25 000 $ pour Yves Bélanger

Le candidat à la mairie de Granby Yves Bélanger a mis le paquet l’automne dernier pour tenter de se faire élire. Il a investi plus de 25 000 $ dans sa campagne électorale, selon les rapports de dépenses déposés. Mais cela n’a pas été suffisant pour lui assurer la victoire.

Réélu à la mairie le 5 novembre dernier, Pascal Bonin a pour sa part déclaré des dépenses totalisant 19 030 $. Il a récolté 61,97 % des voix, contre 36,20 % pour M. Bélanger et 1,82 % pour Carl Bouvier, également dans la course.

La limite des dépenses des candidats à la mairie était de 26 214 $ durant la période électorale, mais aucun d’eux ne l’a atteint. Carl Bouvier en était, pour sa part, très, très loin. Il n’a effectué aucune dépense électorale. Le candidat ne disposait aussi d’aucun fonds électoral. Bref, il n’a reçu aucune contribution.

La situation est toute autre pour Yves Bélanger. Des trois candidats, il est celui qui a obtenu le plus de contributions, avec 43 donateurs de plus de 50 $ et trois donateurs de moins de 50 $. Au total, il a ainsi récolté 8960 $. L’ex-maire Richard Goulet, qui avait donné publiquement son appui à M. Bélanger, ainsi que l’actuel conseiller municipal Jean-Luc Nappert figurent dans la liste des donateurs avec des contributions de 200 $ chacun. Les candidats conseillers à la dernière élection Yves Pronovost (100 $) et André Plouffe (200 $) ont aussi contribué à sa campagne.

Remboursement
Une bonne partie des dépenses d’Yves Bélanger a été allouée à sa campagne médiatique. Comme le candidat a obtenu plus de 15 % des voix, il aura droit à un remboursement de 70 % des dépenses admissibles « jusqu’au maximum des dettes », souligne le directeur des finances de la Ville, Jean-Pierre Renaud.

La majorité des dépenses électorales de Pascal Bonin a été initiée par la production de ses affiches électorales.

Détail : un candidat doit nécessairement effectuer un emprunt pour avoir droit au remboursement. « Un candidat ne peut pas faire de l’argent avec une campagne électorale », note-t-il.

Le maire réélu, Pascal Bonin, a pour sa part obtenu des contributions électorales de 22 donateurs, qui totalisent 4200 $. Quelques commerçants et plusieurs membres de sa famille y sont allés de donations. Il a aussi contracté un emprunt. À l’instar de M. Bélanger, il verra une partie de ses frais remboursés.

Tel qu’annoncé en campagne électorale, la majorité des dépenses électorales de Pascal Bonin, soit près de 80 %, est reliée à la production de ses affiches, confiée à des citoyens et artistes locaux. L’initiative a d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre. Certains ont apprécié, d’autres moins. Des sommes variant de quelque 300 $ à 5500 $ (pour la production de la mosaïque citoyenne) ont été allouées aux concepteurs de ces pancartes.

Vérification
Les règles de remboursement de dépenses sont les mêmes pour les candidats conseillers municipaux, précise Jean-Pierre Renaud. La limite des dépenses varie toutefois selon les districts, en fonction du nombre d’électeurs. Les candidats du district 9 étaient limités à 3260 $, tandis que ceux du district 10 pouvaient atteindre un plafond de 3618 $.

M. Renaud affirme qu’il dispose maintenant, à titre de trésorier, d’une période de 60 jours pour procéder à la vérification des dépenses électorales. Il transmettra par la suite un rapport au Directeur général des élections du Québec (DGEQ), qui déterminera si le remboursement des dépenses est autorisé ou si des vérificateurs sont envoyés sur place. « Il est trop tôt à l’heure actuelle pour dire si le DGE va venir ou non », précise-t-il toutefois.

Les candidats avaient jusqu’à lundi pour déposer leur rapport de dépenses respectif. À ce jour, seul Ian Brochu, candidat conseiller dans le district deux, a omis de le faire, laisse savoir Jean-Pierre Renaud. Il pourrait être passible d’une amende. Mais c’est le directeur général des élections qui effectuera le suivi, dit-il.

Les citoyens qui le souhaitent peuvent consulter les rapports de dépenses des candidats. Ils sont accessibles en ligne sur le site web de la Ville (www.ville.granby.qc.ca), sous l’onglet Ville et la section Informations financières.