KDC Knowlton a engagé 18 demandeurs d’asile pour combler une partie de ses besoins en main-d’œuvre. Vingt autres sont attendus prochainement.

Des demandeurs d’asile en renfort chez KDC

L’entreprise Knowlton Development Corporation (KDC) se tourne vers les demandeurs d’asile pour combler les nombreux postes de journaliers à pourvoir. Pour arriver à diminuer ses besoins criants en main-d’œuvre, la compagnie a fait appel à une firme de recrutement montréalaise qui leur a déniché une quarantaine de Nigérians prêts à s’installer et travailler en région.

Un premier groupe de 18 personnes originaires du Nigeria est en poste depuis la dernière semaine de juin. Une deuxième vague de vingt travailleurs, majoritairement des Nigérians, est attendue dans les prochaines semaines et vingt autres personnes s’ajouteront à nouveau à l’équipe de travailleurs permanents par la suite. La plupart d’entre eux font partie de cette vague de migrants irréguliers qui ont traversé la frontière canado-américaine sur le chemin Roxham, à Hemmingford.

Au-delà d’une simple démarche privée, il s’agit d’un processus qui ouvre le chemin pour toutes les autres entreprises qui vivent avec la pénurie de main-d’œuvre.

« C’est une première grande synergie régionale qui se vit, relève Kim Gobeil, spécialiste des ressources humaines et du développement organisationnel pour KDC Knowlton. On est en train d’[ouvrir la voie], pas uniquement pour KDC Knowlton, mais aussi pour toutes les entreprises qui pourront bénéficier de cette synergie qui se crée, même si elles n’ont pas un spécialiste des ressources humaines. »

Concertation du milieu

Le processus est vaste puisque ces immigrants arrivent avec un permis de travail, mais n’ont rien pour se loger ni pour meubler leur logement — les appartements à Montréal sont souvent meublés — et n’ont pas de permis de conduire ni de voiture.

Les 18 premiers employés voyagent de Montréal à Lac-Brome pour leur quart de travail de nuit grâce à du transport collectif organisé pour eux, mais à partir de lundi ils auront accès à des appartements temporaires où ils vivront en colocation, à Cowansville, pour un maximum de trois mois. Là encore, ils pourront se déplacer au travail avec le transport collectif de la MRC, jusqu’à ce que ce ne soit plus nécessaire, indique Catherine Lizotte, agente de développement à l’immigration à la MRC Brome-Missisquoi.

Des meubles, électroménagers et articles de maison sont recherchés, tant pour les appartements temporaires que pour les suivants, par la MRC et la Ville de Lac-Brome. La MRC Brome-Missisquoi fait aussi appel à la communauté pour trouver des logements pour accueillir les familles de ces travailleurs, allant jusqu’à trois enfants, et pour les célibataires et les couples sans enfants. 

« On n’était pas capable d’absorber 40 personnes pour l’instant. On se rend compte de tout ce que ça nécessite en périphérie, réalise Kim Gobeil. [...] Ce qui compte, sincèrement, c’est d’en faire un succès, c’est d’aider ces gens-là à bien s’intégrer, pas juste au travail, mais aussi dans leur communauté. »

« Quelque chose de magique »

Pour l’instant, environ 25 adultes et 27 enfants composent la première cohorte de travailleurs et leurs familles. « C’est touchant de voir à quel point il peut se créer quelque chose de magique, quand on est en situation critique, entre des acteurs du milieu, comme une entreprise, la MRC, les organismes à but non lucratif comme le SERY. »

Mme Gobeil souligne le dévouement de Solidarité ethnique régionale de la Yamaska qui, malgré l’absence de financement pour offrir des services aux demandeurs d’asile, aide au succès de cette initiative. 

Ce n’est pas la première fois que KDC Knowlton emploie des travailleurs originaires de différents pays. « On a un bassin de communautés très élaborées ici. On emploie 720 permanents et près de 150 personnes provenant d’agences. »

Dans le cas des Nigérians, il s’agit d’emplois permanents. « Je leur ai dit que c’est pour la vie s’ils le veulent. Enfin, ils ont des bonnes conditions ! Ils ont tous les bénéfices marginaux, l’ancienneté, les bonnes conditions de travail. Il y a une stabilité. »

En attente de leur statut de réfugié, ils sont heureux de ce développement dans leur vie, a pu constater pour sa part Catherine Lizotte. « J’en ai rencontré neuf et ils sont vraiment contents d’être ici, de s’être trouvé un emploi. C’est vraiment un beau groupe. Ils vont ajouter une belle ambiance dans la communauté de Cowansville. »

En plus des villes de Cowansville et de Lac-Brome, la MRC Brome-Missisquoi, SERY et KDC Knowlton, les intervenants du CIUSSS de l’Estrie ont aussi participé à l’accueil des Nigérians.

Pour les dons d’électroménagers, de meubles et d’articles de maison ainsi que pour les logements disponibles, Mme Lizotte peut être rejointe au 450 266-4900 au poste 442 ou par courriel au clizotte@mrcbm.qc.ca