Quatre propriétés jouxtant le terrain du Métro Lussier/Marché Plouffe font présentement l’objet d’une demande de permis de démolition.
Quatre propriétés jouxtant le terrain du Métro Lussier/Marché Plouffe font présentement l’objet d’une demande de permis de démolition.

Des demandes de démolition autour du Métro Lussier de Waterloo

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Le Métro Lussier de Waterloo souhaite étendre son périmètre. Plusieurs demandes de permis de démolition laissent croire que le représentant de la bannière Métro fera place nette pour agrandir à la fois l’intérieur et l’extérieur de sa propriété.

La Ville de Waterloo a publié simultanément, cette semaine, quatre demandes visant le 243 Saint-Joseph, le 209 Saint-Joseph, le 54 Shaw et le 4753 Foster. Toutes ces résidences sont contiguës au terrain occupé par le Métro Lussier, propriété de Marché Plouffe.

Seul le 209 Saint-Joseph n’appartient pas déjà à la société Immeubles Plouffe.

Le directeur général de la municipalité, Louis Verhoef, confirme que le projet vise l’expansion du supermarché, du stationnement et du réaménagement de la zone de réception des marchandises. Le plan final et la valeur de l’investissement n’auraient pas encore été déposés, cependant.

Selon lui, bien qu’elles aient un certain âge, aucune des propriétés à démolir ne possède une valeur patrimoniale.

L’envergure du projet justifie le dépôt de plusieurs requêtes à la fois, ajoute-t-il. «Ils ne font pas cela juste pour le plaisir. Ça s’inscrit dans le cadre d’un projet de réutilisation de l’espace. Avant d’accepter, la Ville s’assurera de ne pas être perdante.»

Cette initiative n’est pas la première pour le Marché Plouffe. On se rappelle qu’en 2019, l’édifice du 4733 Foster, aussi situé à proximité du stationnement du supermarché, avait été démoli pour permettre plus d’espace pour les voitures.

Comme c’est le cas chaque fois, les demandes devront d’abord être autorisées par le comité de démolition de la municipalité. M. Verhoef souligne qu’avant toute approbation, les membres du comité devront s’assurer que les nouvelles installations ne nuiront pas à la quiétude des voisins et qu’elles apporteront une valeur ajoutée à Waterloo.

Toute personne qui souhaite s’opposer à l’émission de ces permis peut le faire dans les dix jours suivant la publication de l’avis public ou dans les dix jours suivant l’affichage de l’avis sur les immeubles visés. Dans un tel cas, les citoyens doivent signifier leur désaccord par écrit au greffier de la Ville de Waterloo, au 417, rue de la Cour.

La Voix de l’Est n’a pu joindre un représentant de l’établissement. Une porte-parole de Métro a pour sa part indiqué que ce projet d’agrandissement n’en était encore qu’aux étapes préliminaires.