Nancy Gauthier et Stéphanie Gendreau de la fondation Je pars du bon pied lors de la préparation des commandes.

Des chaussures et des bottes pour faire la différence

La fondation Je pars du bon pied distribue cette année plus de 1000 paires de chaussures de sport et de bottes dans les écoles, garderies et organismes de Granby. Et les besoins continuent d’être croissants, affirme la présidente de la fondation, Stéphanie Gendreau.

À titre comparatif, près de 400 paires de bottes et de chaussures neuves ont été distribuées à des enfants provenant de familles plus vulnérables en 2016. Ce nombre a bondi à 720 paires en 2017 et à 960 en 2018.

« On essaye le plus possible de répondre à la demande », affirme Mme Gendreau, en soulignant que cinq écoles de Granby ont maintenant un indice de défavorisation de 10, soit le plus élevé au Québec.

Selon elle, ce sont les directions d’école, de CPE, de garderies ou encore d’organismes, comme la Maison des familles ou Réussir avec PEP, qui leur signalent les besoins, c’est-à-dire le sexe des enfants ainsi que les pointures de chaussure nécessaires.

« De notre côté, c’est anonyme. On ne sait pas à quel enfant ça va. On fait les livraisons dans les écoles, les organismes, les garderies qui veillent à les remettre aux bénéficiaires directement », explique la présidente.

Selon elle, le propriétaire des magasins Sports Experts à Granby et à Bromont, Serge Tremblay, est un partenaire incontournable de la fondation, alors qu’il cible les lots de chaussures à acquérir à prix abordable pour qu’elle puisse accomplir sa mission. Il met aussi son entrepôt à la disposition des bénévoles de la fondation pour le tri et la distribution.

Valorisant

L’an dernier, la fondation a par ailleurs remis, en collaboration avec les Pneus Robert Bernard et Bridgestone, près de 200 habits de neige neufs à des familles dans le besoin.

Les membres du conseil d’administration peuvent ainsi compter sur des partenariats de ce type pour « améliorer la qualité de vie des jeunes Granbyens ». Deux événements annuels, soit la soirée culinaire haut de gamme Robin des Bois à l’Attelier Archibald ainsi qu’un tournoi de hockey-balle, permettent aussi à la fondation de recueillir des fonds.

Afin de maximiser ceux-ci, l’organisation n’a pas de permanence, donc aucun salaire ni frais fixes élevés, relève Stéphanie Gendreau.

« En 2017, on mettait 25 000 $ en bottes et en espadrilles. On est rendu à près de 40 000 $. Plus on a de partenaires qui nous appuient là-dedans, mieux on pourra répondre à la demande », glisse la présidente.

La fondation Je pars du bon pied agit sous cette dénomination depuis 2014. À l’origine, elle portait le nom de Fondation du maire de Granby.

Elle avait été initiée par l’ex-maire Richard Goulet, qui versait annuellement 10 000 $ de son salaire. L’organisme a été renommé ainsi lors de la défaite électorale de M. Goulet.