Au moins trois carcasses de porcs ont été découvertes par un promeneur cette semaine sur le rang Bas-de-la-Rivière Nord, à Saint-Césaire.

Des carcasses de porcs retrouvées par des citoyens

Un résidant de Saint-Césaire a contemplé un paysagepeu attrayant en marchant sur un rang cette semaine. Il a découvert les carcasses en décomposition avancée de trois porcs sur une terre agricole jouxtant celle d'un producteur de porc du rang Bas-de-la- Rivière Nord, à Saint-Césaire.
« C'est la première fois que j'en vois, mais ça fait un an ou deux ans que ça sent la charogne «, dit le résidant qui a demandé à garder l'anonymat. Les carcasses étaient situées non loin du cours d'eau mitoyen qui draine les terres. « J'en ai vu trois, mais il peut y en avoir jusqu'à l'autre bout de la terre «, précise-t-il. Ce dernier a contacté le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) et pris des photos (reproduites ci-jointes). « Le propriétaire les a ramassées quand il a vu que je prenais des photos «, allègue-t-il.
 
« C'est ma santé. Je respire ça. Et ils sont probablement morts de maladie, et la maladie peut se propager «, dit-il, ajoutant que le fossé se jette dans un ruisseau qui coule dans la rivière Yamaska.
La ferme porcine appartiendrait à Michel Guillet et sa conjointe. « On est des producteurs de porcs, c'est officiel qu'il y a des porcs morts, a-t-elle indiqué tout en refusant de se nommer lorsque jointe au téléphone. On fait du compostage et les carcasses ont été transportées sur la terre à côté par les coyotes et les renards qui vivent dans les boisés. Avant, on faisait affaire avec une firme qui venait les chercher, mais (...) nos revenus ont baissé et il faut trouver d'autres sources. « La dame rappelle les difficultés que connaît l'industrie porcine.
Ce n'est pas une raison, répond-on au MAPAQ. « La responsabilité de la gestion des carcasses revient au producteur «, affirme Maurice Lamontagne, à la direction de l'inspection des viandes au MAPAQ. Ce dernier a précisé qu'il était normal qu'il y ait des décès dans une production animale, mais la Loi sur les productions alimentaires prévoit les manières dont le producteur doit disposer des carcasses. Les producteurs de porcs peuvent en effet composter les carcasses, mais ils doivent détenir un permis et le faire dans des enclos, afin d'éviter que des animaux s'en emparent. « Il faut une plate-forme bétonnée qui permette l'évacuation des eaux de pluie et de la neige et retenir le lixiviat issu de la décomposition. L'installation doit comprendre un toit avec une corniche (...) et des sections de compostage en grillage ou en tôle (...) de 1,8 mètre de haut au maximum «, dit-il.
L'article complet dans La Voix de l'Est d'aujourd'hui.