«On a enveloppé les boîtes vides pour que ça ait un sens. Au fond, ce que le gouvernement veut nous offrir, c'est des cadeaux vides», explique Jean Papineau, président du secteur Granby de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec.

Des «cadeaux» aux portes du gouvernement

Des paramédicaux de la région de Granby ont déposé lundi matin des boîtes vides emballées avec les rapports de facturation destinés au gouvernement devant les bureaux de Pierre Moreau, président du Conseil du trésor, et de Gaétan Barrette, ministre de la Santé.
« On est très limités dans les mouvements et les actions que l'on peut prendre dans un contexte de grève, parce qu'on est régis par les services à la population. On ne peut pas réduire nos services. On y va d'ingéniosité et de ce qu'on peut faire dans le légal et dans le politically correct », explique Jean Papineau­, président du secteur Granby de la Fédération des travailleurs et travailleuses­ du Québec (FTQ). 
C'est donc sous forme de « cadeaux à l'image de ce que le gouvernement veut leur offrir », comme le croit M. Papineau, qu'ils ont rappelé aux élus concernés qu'ils étaient toujours en grève, en allant les porter directement devant leur porte, à Longueuil et à Châteauguay. Selon Jean Papineau, il s'agit d'un message symbolique. « Il n'y a rien sur la table [de négociation]. On a fait ça à double sens ».
Ils ont d'ailleurs dû se faire subtils, puisque les paramédicaux sont limités par une injonction leur interdisant de manifester devant le bureau de M. Barrette . La livraison de cadeaux s'est donc faite avec un camion loué. « Ce n'était pas une manifestation de toute façon, c'était simplement un dépôt de colis », mentionne­ Jean Papineau.
Les « cadeaux » ont été emballés avec des rapports de facturation destinés au gouvernement, que les paramédicaux conservent depuis plusieurs mois. C'est là leur principal moyen de pression. « Quand on remplit des rapports, on en a deux à remplir. Le rapport patient et aussi la facturation. Il y a beaucoup de copies pour le rapport de facturation. La dernière est celle destinée au Ministère. Nous, on fait la rétention de celle-ci ». Les informations présentes sur les formulaires qui servent d'emballage aux cadeaux ont évidemment été hachurées, par souci de confidentialité. 
C'était la première fois qu'une initiative du genre était entreprise par les paramédicaux. M. Papineau croit que l'idée des cadeaux vides a plu à certains collègues. « D'après moi, on va revoir des choses du genre ailleurs, à un autre moment ».
Toujours en grève
La convention collective des paramédicaux est échue depuis mars 2015. Depuis février dernier, ils sont en grève, et selon Jean Papineau, rien n'a avancé. « On s'aperçoit qu'on est très appréciés des gens. On a la meilleure des cotes avec notre profession, mais pour ce qui est des priorités gouvernementales, on est la dernière. »
Les paramédicaux revendiquent notamment une augmentation de salaire annuelle de 2,5 % pour les cinq prochaines années, une abolition des horaires de faction et une révision des fonds de retraite.