Etang.ca a développé un système qui crée des rideaux de bulles dans l’eau grâce à des tuyaux disposés au fond des cours d’eau. Mario Paris et son épouse Christina Ishoj tiennent les rênes de l’entreprise.

Des bulles pour arrêter les déchets

Nettoyer les rivières de leurs déchets de plastique avant qu’ils n’atteignent les océans est l’un des plus importants combats environnementaux contemporains, croit Mario Paris. Le patron de Produits Etang.ca est déterminé à ce que son entreprise soit sur le front pour mener cette lutte.

La PME de Lac-Brome n’arrive pas dépourvue de solutions pour dépolluer les rivières. Elle a développé ces dernières années un système qui crée des rideaux de bulles dans l’eau grâce à des tuyaux disposés au fond des cours d’eau. Ces rideaux de bulles permettent de dévier les déchets de plastique vers des endroits précis sur le rivage où ils sont ramassés.

Le système n’entrave pas la navigation et ne nuit pas à la faune ou à la flore aquatiques, assure M. Paris. « C’est le gros problème avec les filets qui sont mis en place pour recueillir ces déchets. On n’a pas ces problèmes avec les murs de bulles », indique-t-il.

Le « tuyau bulles » a été mis à l’essai en novembre dernier aux Pays-Bas par The Great Bubble Barrier. Cette organisation environnementale, qui s’inquiète des déchets de plastique qui se retrouvent dans les océans, a installé pendant six mois le système mis au point par Produits Etang.ca dans une section de la rivière Ijssel, un défluent (bras) du Rhin. Ils ont pu tester le système dans plusieurs conditions météorologiques.

Les résultats ont dépassé les attentes. « Selon leurs calculs, près de 85 % des déchets de plastique, même de très petites particules, ont été captés », a dit M. Paris.

Le succès du test a incité l’organisation basée à Amsterdam à lancer une campagne de sociofinancement pour installer de manière permanente de tels systèmes dans d’autres rivières du pays. À plus long terme, le but est que des projets similaires essaiment dans d’autres pays, dont le continent asiatique.

L’utilisation du tuyau bulles ne se limite pas à la dépollution des cours d’eau. Il peut également être utilisé pour réduire les ondes de choc lors de forage ou de dynamitage dans l’eau, explique M. Paris. Des entreprises minières et d’extraction pétrolière s’en servent pour traiter les eaux usées de leurs activités.

« Nul n’est prophète en son pays »

Le système de bulles n’a pas encore été mis en place au Québec. Les exigences imposées par le ministère de l’Environnement sont trop strictes, déplore M. Paris. « Nos systèmes sont installés en Ontario, en Alberta et aux États-Unis, mais pas ici. Nul n’est prophète en son pays », a-t-il philosophé. Il n’abandonne toutefois pas l’idée de voir un jour son invention dans une rivière québécoise.

Les dernières années ont été occupées chez Produits Etang.ca. L’entreprise profite de ses efforts en recherche et développement pour proposer différentes solutions dans le traitement d’eau. Elle vend maintenant ses produits et services dans plus de 35 pays.

La direction a inauguré vendredi son nouveau siège social et centre de distribution à Lac-Brome, à un jet de pierre d’où la compagnie a été fondée en 2003. Deux étangs ont été aménagés pour y présenter les équipements et technologies de l’entreprise. Il s’agit d’un investissement de 3 millions de dollars. « On a eu des années difficiles, comme toutes les entreprises qui démarrent. Mais il faut être résilient. Maintenant, on est à l’échelle internationale. On a pu compter sur des gens pour nous aider et sur une solide équipe. On va continuer de voir grand », a dit M. Paris à l’intention des 20 employés de la boîte.

L’homme d’affaires a remercié Norman Loveland, un avocat retraité qui l’a accompagné dans l’aventure de l’entrepreneuriat en tant que mentor et partenaire financier. « J’ai vu énormément de potentiel en lui, dans son entreprise. J’ai développé une grande confiance en lui, en ses moyens et sa vision. Il fait preuve de beaucoup de leadership », a dit M. Loveland.