Le projet «Un vélo une ville», qui permet aux aînés de faire une balade à vélo gratuitement, sera mis en oeuvre à Granby cet été.

Des balades en vélo offertes aux aînés

Des aînés vivant en résidence pourront profiter de balades gratuites en vélo triporteur cet été à Granby. La Ville a accepté de participer au projet « Un vélo une ville », à l’instar de quelques autres municipalités de la province.

« C’est un projet qui s’inscrit dans les saines habitudes de vie, dans la Politique des aînés. (...) Ça ne nécessite qu’un petit montant et ça peut faire un moment extraordinaire pour quelqu’un qui vit un peu isolé », estime le maire de Granby, Pascal Bonin.

Les élus ont accepté lors de la dernière séance du conseil d’accorder une aide financière de 5000 $ au projet. Vie culturelle et communautaire (VCC) de Granby verra à sa mise en oeuvre.

VCC travaillera en fait en partenariat avec l’organisme de bienfaisance montréalais « Un vélo une ville », qui offre en quelque sorte un service clé en main. « L’organisme arrive avec le vélo, cherche des partenaires, embauche et forme le ou les opérateurs du vélo. C’est un produit testé qui fonctionne », affirme la directrice de VCC, Valérie Brodeur.

Le vélo triporteur, personnalisé aux couleurs des partenaires locaux qui acceptent de s’y afficher, est en fait opéré par de jeunes étudiants, qui profitent ainsi d’un emploi d’été rémunéré et d’une bourse d’études à la fin de leur période de travail, selon le site web d’« Un vélo une ville ».

Le projet a notamment été mis en oeuvre au cours des dernières années à Longueuil, Montréal, Sainte-Julie, Trois-Rivières et Gatineau.

Avantages

À Granby, le projet se déploiera durant huit semaines, soit du 2 juillet au 23 août, à raison de 35 heures par semaine, cinq jours sur sept.

Pour cette première expérience, le service devrait être offert à trois résidences pour aînés, qui restent à déterminer, relève Valérie Brodeur. Le nombre de vélos triporteurs et de résidences pourrait être revu à la hausse au cours des prochaines années, si la réponse le justifie, dit-elle.

Les personnes qui souhaitent profiter d’une balade à vélo, d’une durée maximale d’une heure, devront réserver au moins 48 heures à l’avance, par téléphone ou par courriel, auprès de l’équipe d’Un vélo une ville.

Le maire Bonin ne voit que des avantages à ce projet qui vise à contrer l’isolement des citoyens et à favoriser les échanges intergénérationnels. « Il y a peut-être des gens qui n’ont pas vu le lac (Boivin) depuis 10 ans. Parfois, il y a aussi certaines personnes qui n’ont pas tant de famille ou de visites que ça. Une balade à vélo peut leur permettre de ressasser des souvenirs. L’impact sur une personne peut être majeur », croit-il.

« C’est un programme qui est très scandinave dans sa philosophie. Ça peut aussi avoir comme effet de faire accepter, d’une façon sociale, le vélo, qui est une tendance qu’on prend à Granby, par des personnes qui ne sont pas nécessairement des utilisateurs. Comme ils y goûtent et voient ce que ça peut faire, ils peuvent être plus enclins à accepter les budgets investis dans les réseaux cyclables », souligne en outre le maire.