Loann Peyrent, 15 ans, est passionné de parkour.

Des adeptes de parkour à Granby: la rue comme terrain de jeu [VIDÉO]

Les adeptes de parkour, l’art de se déplacer dans l’espace urbain en réalisant des figures acrobatiques, ont commencé à se rassembler et à faire des rues de Granby leur terrain de jeu. Ils s’étaient donné rendez-vous à la bibliothèque Paul-O.-Trépanier le jeudi 18 juillet dernier.

Le groupe Fly like wind, qui se traduit en français par Voler comme le vent, organise des évènements dans Granby pour agrandir la communauté d’adeptes de ce sport extrême et de le faire connaître dans la population.

Il a été créé par Loann Peyrent, 15 ans, passionné de parkour. « J’ai vu ça sur YouTube il y a cinq ans, et j’ai commencé à me pratiquer chez moi avec des poubelles », se souvient Loann en souriant.

Celui qui travaille au parc Évolutif Motion de Granby espère qu’en y jumelant le montage vidéo, il pourra un jour vivre de sa passion.

Le parkour consiste à se déplacer dans l’espace public en utilisant le mobilier urbain pour se déplacer, sauter et faire des figures acrobatiques. « Le but c’est de voir la ville comme un terrain de jeux, explique le propriétaire du parc Évolutif Motion de Granby, Patrick St-Laurent. Un banc, un escalier, un muret, où tout autre élément décoratif peut devenir un obstacle de jeux. »

Ce sport n’est pas sans rappeler le skateboard, souligne-t-il. « C’est un peu le même principe: identifier des défis et des obstacles qui sont intéressants et se déplacer de l’un à l’autre de différentes façons », dit-il.

Encore méconnu

Le nombre de personnes qui connaissent et apprécient cette discipline, notamment en visionnant l’abondance de vidéos sur le web, augmente plus rapidement que le nombre de participants, rapporte Patrick St-Laurent.

Il explique le phénomène par la complexité des figures et par le fait que les bases du sport soient méconnues.

Le parkour consiste à se déplacer dans l’espace public en utilisant le mobilier urbain pour se déplacer, sauter et faire des figures acrobatiques.

Loann Peyrent invite la population à venir apprendre les bases lors des rassemblements extérieurs organisés par Fly like wind. « Ça permettrait de faire grandir notre communauté », estime le jeune homme.

Dans les cours d’initiation offerts chez Motion, les filles ne donnent pas leur place. « Elles sont aussi bonnes en parkour », assure Patrick St-Laurent.

Rappelons que le parc Motion Évolutif de Granby a ouvert ses portes en 2018 et continue à gagner en popularité. Il a d’ailleurs accueilli, en avril dernier, une compétition de l’Ultimate Ninja Athlete Association, une discipline de parcours à obstacles chronométré mobilisant l’agilité et la force du haut du corps.

« C’est vraiment deux disciplines complètement séparées: il y en a une qui est une course à obstacles selon un temps et des règlements, tandis que l’autre est un art de rue », précise le fondateur de Motion Parc Évolutif.

Un autre rassemblement de Fly like wind sera organisé avant la fin du mois de juillet.

« Aussi, en août, je veux me prendre d’avance pour faire un gros rassemblement, et peut-être même faire un petit spectacle », affirme Loann. Il invite les gens à aimer la page Facebook de Flylikewind pour tout connaître des futurs évènements.

Loann Peyrent invite la population à venir apprendre les bases lors des rassemblements extérieurs organisés par Fly like wind.