Mario Méthot au côté de son Histoire dessinée, une œuvre de 375 pieds de long.
Mario Méthot au côté de son Histoire dessinée, une œuvre de 375 pieds de long.

Dérouler la nature humaine

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
Des images qui font du bruit, une exposition de l’artiste visuel Mario Méthot, est présentée jusqu’au 1er mars au centre d’exposition Boréart, au deuxième étage du grand édifice qui fait face au centre Notre-Dame.

L’artiste était présent dimanche lors du vernissage pour nous accompagner dans son univers, qui invite à la réflexion sur la conscience, l’énergie, la vie, l’humain et la nature à travers des œuvres qui font parfois quelques centaines de pieds de longueur.

Dès qu’on entre dans l’exposition, une œuvre longue de 72 pieds nous accueille, mais celle-ci n’est en fait qu’une partie d’une œuvre complète de 144 pieds. « C’est quoi la conscience ? D’où ça vient ? questionne l’artiste. C’est fascinant qu’on soit là, comme êtres humains, on part de petites cellules qui ont évolué sur des milliards d’années. »

Mario Méthot s’intéresse au fonctionnement psychologique des humains, notamment en fonction de l’influence de leur environnement. Il croit d’ailleurs que ses multiples lectures sur la neuroscience, par exemple, ont influencé son travail.

Plus de 10 ans de travail sont exposés, et certaines pièces de sa collection ont nécessité plusieurs mois de travail, comme une œuvre de 375 pieds de long, qui raconte l’histoire d’un personnage qui se questionne entre autres sur lui-même et sur l’enjeu de la pollution, produite sur cinq mois en 2009. Il réalise ce genre d’œuvre par section de 25 pieds par jour. Une fois que la peinture est sèche, il déroule un autre 25 pieds et recommence le lendemain.

L’histoire est déroulée devant nous à l’aide d’un mécanisme de son cru, nous permettant de voir l’ensemble de l’œuvre en quelques minutes.

Un artiste d’expérience

« Quand je regarde une image, il y a toujours quelque chose qui m’amène à réfléchir. Comme quoi dans le silence, il peut y avoir du bruit. Dans le silence, on ne s’arrête pas assez pour écouter et c’est ce bruit-là qu’on entendrait », explique-t-il.

Certains y verront un peu de Picasso, d’autres du Dali, mais tous seront impressionnés par la variété de ses œuvres toutes pourtant fortement liés les unes aux autres.

Pinceau, pastel gras, fusain, crayon : Méthot utilise une pléthore de moyens pour exprimer sa créativité, qui a gagné en liberté avec les années, estime-t-il.

L’artiste installé à Montréal est tombé sous le charme du local d’exposition lors d’une visite chez des amis dans la région. Il a plusieurs expositions derrière la cravate, dont certaines chez nos voisins du Sud.

Mario Méthot s’intéresse aux arts visuels depuis son adolescence, dans les années 70. Il a longtemps travaillé dans le domaine publicitaire, où il produisait des images extérieures de très grandes dimensions, et dans le domaine du cinéma, où il était appelé à faire des reproductions et des trompes l’œil.

Il est certain que le bruit que provoquent les œuvres dans l’esprit de celui qui apprécie l’exposition résonnera un moment dans le silence des jours qui suivront la visite.