La petite Ollie a passé avec succès les tests de dépistage de surdité, réalisés par l’infirmière France Laviolette à l’hôpital BMP. Ce qui a rassuré ses parents, Vincent Morissette et Marie-Pier Auger.
La petite Ollie a passé avec succès les tests de dépistage de surdité, réalisés par l’infirmière France Laviolette à l’hôpital BMP. Ce qui a rassuré ses parents, Vincent Morissette et Marie-Pier Auger.

Dépistage précoce de la surdité à Granby et Cowansville

Le dépistage de la surdité chez les nouveau-nés fait partie des options offertes aux parents au Centre hospitalier de Granby (CHG) puis au pavillon des naissances de l’Hôpital Brome-Missisquoi-Perkins (BMP) à Cowansville. Les deux établissements viennent d’ailleurs d’intégrer un programme déployé graduellement par le ministère de la Santé à travers la province.

Au Québec, la surdité néonatale touche quatre à six nouveau-nés sur 1000 chaque année, ce qui représente environ 84 enfants. Jusqu’à 33 % de ces poupons ont une surdité complète, a indiqué en point de presse Dre Thérèse Côté-Boileau, directrice du département de pédiatrie au CIUSSS de l’Estrie.

« Ça a une incidence sur le développement de l’enfant. Notamment sur le plan langagier, cognitif et social. D’où l’importance d’un dépistage le plus tôt possible », a spécifié celle qui est également cogestionnaire médicale du programme jeunesse.

Deux infirmières ont été formées pour effectuer les tests de dépistage à l’hôpital BMP. Ceux-ci doivent être réalisés avant que les nouveau-nés atteignent leur premier mois de vie.

La première option consiste à placer un écouteur dans l’oreille de l’enfant. Si toutes les structures internes fonctionnent normalement, le son est redirigé vers l’appareil, a indiqué Katherine Randall, audiologiste et chargée de projet pour l’implantation du programme de dépistage. 

« Ce n’est pas douloureux, ça ne prend que quelques minutes, il n’y a aucun effet secondaire pour le bébé et les parents obtiennent les résultats instantanément », a-t-elle résumé.

Un second test plus poussé peut être réalisé avec le même appareil en utilisant des périphériques différents. On installe alors des coquilles sur chaque oreille du nouveau-né ainsi que des électrodes sur son front, sa nuque et ses épaules. L’examen, que subissent environ 10 % des bébés, est plus long et va même analyser le nerf auditif, a spécifié Mme Randall. 

Cohésion

Dans le cas où des tests complémentaires sont nécessaires, ils doivent être faits lorsque le bambin a moins de trois mois. Les bébés qui échouent aux tests de dépistage à Granby ou Cowansville sont alors dirigés vers l’hôpital Fleurimont pour que des otorhinolaryngologistes (ORL) et des audiologistes posent un diagnostic. Jusqu’ici, à l’échelle du Québec, près de 2 % des bébés ne passent pas les tests de dépistage. 

Pour accroître leur efficacité, les interventions, entre autres l’installation de prothèses auditives, doivent avoir lieu en dedans des six mois suivant la naissance de l’enfant. Certains d’entre eux sont également suivis parce qu’ils présentent un ou plusieurs facteurs de risque de surdité. Parmi ceux-ci, notons les antécédents familiaux, le petit poids à la naissance ou lorsque celle-ci a lieu prématurément.

De son côté, l’équipe du centre hospitalier de Granby offre les services de dépistage depuis 2003. La récente adhésion au programme mis en place par Québec a toutefois plusieurs avantages. 

« Ça facilite les liens avec les centres de référence. Avant, on devait faire nos démarches. Maintenant, on est d’emblée affiliés avec l’hôpital Fleurimont. Ça va aussi permettre une réorganisation interne pour offrir les services de dépistage à tous les enfants du territoire », a mentionné Nathalie Cabana, chef de service de l’unité de périnatalité et de néonatalogie au CHG.

Rassurant

La petite Ollie était le quatrième poupon à passer, mardi, le test de dépistage de surdité à BMP depuis son lancement la veille. Une démarche que les parents, Vincent Morrissette et Marie-Pier Auger, ont acceptée sans hésiter.

« C’est le genre de test rassurant, a confié la nouvelle maman, qui devait quitter le pavillon des naissances en fin de journée. Plus vite tu sais s’il y a un problème, plus vite tu peux faire quelque chose pour que ce soit corrigé. »