La Ville de Granby recevra 115 000 $ pour les dépassements de coûts survenus lors des travaux de rénovation et d’agrandissement de la caserne d’incendie et du poste de police.

Dépassements de coûts: dossier clos par une entente hors cour

La Ville de Granby recevra 115 000 $ des firmes Cima Québec et Favreau Blais pour les dépassements de coûts survenus il y a quelques années dans le cadre des travaux de rénovation et d’agrandissement de la caserne d’incendie et du poste de police, a-t-il été conclu dans le cadre d’un règlement hors cour.

Cette entente met un point final à ce litige qui opposait la Ville à ces firmes professionnelles depuis 2012. Les dépassements de coûts dans ce projet avaient atteint près de 12 % du contrat initial, soit plus de 700 000 $ sur un projet de 6 millions $. La majeure partie de ces coûts imprévus avait, à l’époque, été attribuée à des erreurs et omissions aux plans des professionnels. D’où les démarches de la Ville pour récupérer une partie de cette somme.

La requête introductive d’instance introduite par la Ville à l’encontre de la firme d’ingénieurs Cima et du cabinet d’architectes Favreau Blais s’est élevée à 376 831 $, selon le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie. Mais cette somme a fait l’objet de négociations.

« Le conseil a accepté l’offre. Ça met le couvercle sur un dossier qui n’était pas super pour personne », a commenté le maire Pascal Bonin.

Conseiller municipal lorsque ces dépassements de coûts ont été comptabilisés, Pascal Bonin avait vertement critiqué la gestion de la Ville dans ce dossier.

« Honnêtement, ce que je retiens dans ce dossier-là, ce n’est pas tant l’entente que les changements qui ont été apportés aux appels d’offres. Comme conseiller, je dénonçais le fait qu’un professionnel contrôlait tous les aspects du chantier : architecture, ingénierie, contrôle des matériaux, etc. Mais depuis ce temps-là, on a créé le Bureau de projets. On engage régulièrement des économistes de la construction et on a séparé tous les contrats. (...) On a fait tout un bout de chemin pour que ce genre de situation se reproduise le moins possible », affirme le maire.