Le maire de Waterloo, Pascal Russell, a indiqué avoir déjà approché trois candidats pour succéder à Éric Sévigny comme directeur général.

Départ du DG Éric Sévigny:«une perte pour Waterloo»

C'est sans surprise que le maire de Waterloo, Pascal Russell, a accueilli la nouvelle du départ du directeur général de la municipalité, Éric Sévigny, qui occupera un poste similaire à Bromont à partir du 20 mars. Le recrutement est en branle et celui qui lui succédera devrait entrer en poste d'ici la fin mai.
« Je suis content pour [Éric Sévigny]. C'est un beau cheminement de carrière. D'un autre côté, c'est une perte pour Waterloo. Déjà quand je l'avais engagé, j'avais été très franc. Je lui avais dit que je savais qu'il allait faire ses classes à Waterloo et qu'avec son bagage de connaissances et sa personnalité, c'est certain que quelqu'un d'autre allait venir le chercher. C'est arrivé et je n'ai pas pu le retenir », a indiqué d'entrée de jeu en entrevue M. Russell.
Rappelons que les élus bromontois ont officialisé l'embauche de M. Sévigny comme DG, mercredi, dans le cadre d'une séance extraordinaire. Originaire de Magog, le gestionnaire de 43 ans est diplômé de l'Université de Sherbrooke en géographie et détient une maîtrise en urbanisme de l'Université de Montréal. Il a également travaillé durant près de 10 ans chez Transports Canada comme analyste, gestionnaire et directeur de programmes de financement, notamment pour les municipalités. Il avait fallu deux appels de candidatures à Waterloo pour dénicher la perle rare. « On voulait quelqu'un qui partageait les mêmes valeurs que le conseil, quelqu'un de fougueux, bilingue et sans aucun préjugé sur quoi que ce soit », avait affirmé M. Russell lors de l'entrée en poste, en février 2012, de celui qui a succédé à Luc Lafleur à la direction générale.
Déjà trois candidats dans la mire
C'est en quelque sorte l'ADN que recherche à nouveau la Ville pour son futur DG. « On a une petite équipe, alors ça prend quelqu'un qui est prêt à mettre la main à la pâte. [...] Autant que possible quelqu'un qui n'est pas en fin de carrière, a fait valoir le maire. Ça prend aussi une bonne maîtrise de l'administration et de l'urbanisme. Une personne rassembleuse et bilingue parce qu'on a près de 20 % de notre population qui est anglophone. »
Waterloo fera appel à un « chasseur de têtes » pour l'épauler dans le recrutement de prétendants et la sélection du futur DG, a mentionné M. Russell. Bien que le processus, qui devrait s'échelonner sur trois mois, ne soit pas encore officiellement enclenché, le maire a souligné avoir déjà approché trois candidats potentiels. « D'ici la mi-mai, il devrait y avoir quelqu'un qui prendra la chaise de M. Sévigny et chaussera ses souliers », a-t-il illustré. Entre temps, l'équipe en place, notamment la trésorière et le directeur des travaux publics, se partagera les tâches. 
Or, « il n'y a pas lieu de s'alarmer », a soutenu Pascal Russell, aucun dossier ne tombera entre deux chaises. « Les dossiers, on les travaille tous en réseau. On a mis en place un bon réseau de communication à l'interne. (...) Éric Sévigny ne part pas en mauvais terme avec la municipalité. On va pouvoir compter sur lui pour la transition. »