Seul le conseiller Jean-Luc Nappert s’est opposé au plan de déneigement des trottoirs, car un petit corridor piétonnier de son district n’a pas été inclus dans la liste des segments déneigés.

Déneigement des trottoirs: levée du moratoire à Granby

Les élus de Granby ont mis un terme au moratoire, décrété il y a deux ans, sur le déneigement des trottoirs. Une nouvelle grille d’analyse guidera dorénavant les opérations. De légers changements sont d’ailleurs à prévoir cet hiver, a avancé le maire, Pascal Bonin.

« Il va y avoir des citoyens qui avaient des trottoirs déneigés et qui ne le seront plus. Mais il y a aussi des gens dont les trottoirs n’étaient pas déneigés et qui le seront. [...] À tous changements, il y a des critiques. On le sait. Mais vivons d’abord l’hiver », a souligné le maire Bonin lors de la dernière séance du conseil municipal.

Le moratoire a été décrété en 2016 puisque la capacité opérationnelle de la Ville avait été atteinte. « Avec les équipements et le personnel qu’on avait, on était au maximum. Ce qui faisait en sorte que le temps de faire le tour était rendu très long », avait fait valoir Pascal Bonin. Aucune nouvelle section de trottoir n’a ainsi été ajoutée à la liste au cours des dernières années.

Avec la récente révision, la Ville est encore à pleine capacité, mais la situation est sous contrôle, a pour sa part affirmé le conseiller municipal responsable des travaux publics, Éric Duchesneau. « Il faut s’attendre dans les prochaines années à ce qu’il y ait des investissements réalisés, autant en main-d’œuvre qu’en machineries, parce qu’on s’entend que la Ville continue à se développer », a-t-il néanmoins ajouté.

Pour la saison hivernale 2018-2019, le nombre de kilomètres de trottoirs à déneiger, 127 km, demeurera sensiblement le même, à deux kilomètres près, que l’hiver dernier, selon le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie. Un exercice de mise à jour annuelle est prévu, afin « d’ajuster la situation au fur et à mesure et ainsi prévoir les besoins », est-il précisé.

Critères « non politiques »
Le conseiller Duchesneau a précisé mardi soir que 13 critères d’analyse (voir encadré) « non politiques » ont été déterminés afin d’analyser les demandes de déneigement de trottoirs qui peuvent de nouveau être déposées à la Ville.

Le maire Bonin estime que le travail réalisé dans ce dossier représente un « leg ». « C’est un leg parce qu’on est en train de dépolitiser un paquet de décisions. Les demandes vont être analysées à leur mérite et non pas en fonction de qui crie très fort ou non », a-t-il affirmé.

De cette façon, les décisions ne seront plus « subjectives ». L’ajout du déneigement d’un nouveau segment de trottoir a parfois été accordé à la suite du vibrant plaidoyer d’un citoyen émotif ou d’un dossier médiatisé, dit Pascal Bonin.

« Il ne faut pas que ça soit ça. Il faut se demander si ça s’inscrit dans un parcours, dans une logique et si, dans la ville, ça devrait ou pas être déblayé. [...] Il faut que ça corresponde à un certain pointage d’une grille d’analyse », a-t-il plaidé.

Modifications mineures
Éric Duchesneau précise par ailleurs que les modifications apportées cet hiver demeurent mineures. « Ça touche sept kilomètres sur 127. Ce n’est pas beaucoup », affirme-t-il.

Selon lui, chacune des sections de trottoirs déneigées a fait l’objet d’une analyse. « Un travail de moine », a-t-il dit. Dans la foulée, certaines incohérences ont été notées. La révision a permis de corriger le tir, estime-t-il.


«  Les demandes vont être analysées à leur mérite et non pas en fonction de qui crie très fort ou non.  »
Le maire de Granby, Pascal Bonin

« Il y avait des bouts de rues où le trottoir était déneigé d’un côté et d’autres bouts où il l’était de l’autre côté. Ce n’était pas logique. On va déneiger juste un bord, pas une moitié d’un côté et une moitié de l’autre. C’est souvent des choses bien simples comme ça. D’autres fois, la présence de poteaux d’Hydro-Québec compliquait les opérations. Ils ont décidé de changer de côté de rue », a expliqué le conseiller responsable des travaux publics.

Ce dernier fait valoir que le prochain hiver représentera un « test ». « On va peut-être se rendre compte qu’on a oublié un critère ou qu’il faut en éclaircir d’autres. »

Déçu
Le conseiller municipal du district 2, Jean-Luc Nappert, a toutefois voté contre le plan de déneigement des trottoirs. Il est le seul à avoir enregistré sa dissidence. Les élus Denyse Tremblay et Jocelyn Dupuis étaient absents mardi soir.

« Loin de moi d’être contre le plan et les critères retenus. L’exercice est excellent et très bien fait », a précisé M. Nappert.

Il affirme cependant être déçu qu’une demande de son district, soit le déneigement d’un corridor piétonnier de 69 mètres au bout de la rue Gérard-Goulet, qui permet d’accéder au parc Terry-Fox, n’ait pas été retenue. « Je pense que ça valait la peine de le faire. Je vais espérer que ce le sera une autre année. »

CRITÈRES RETENUS POUR L’ANALYSE DU DÉNEIGEMENT DES TROTTOIRS

- Parcours logiques et continus, lorsque possible

- Corridors scolaires 

- Secteur centre-ville

- Centres de santé (hôpital, CHSLD, CLSC)

- Accès aux commerces et zones commerciales

- Plan de mobilité

- Artères (déneigement des deux trottoirs)

- Rues collectrices (au moins un trottoir)

- Obstacles (largeur de rue, poteau de communication)

- Achalandage (débit journalier moyen annuel, nombre de véhicules et piétons)

- Présence de parcomètres (accès aux parcomètres)

- Présence d’équipements d’Hydro--Québec et Bell

- Ensoleillement

*source : Ville de Granby