Michelle Dupaul dit pelleter la devanture de sa résidence de la rue Jogues durant deux à trois heures à chaque bordée de neige.

Déneigement des trottoirs : à qui la responsabilité ?

Chaque bordée de neige est un véritable cauchemar pour des résidants de la rue Jogues. Pour Michelle Dupaul, entre autres, qui rage de constater que les déneigeurs municipaux remblaient sans cesse la neige de la rue sur son trottoir, l'obligeant à tout recommencer.
En plus du bout de trottoir devant son domicile, Mme Dupaul entretient avec un autre voisin la devanture de la maison d'un troisième résidant de la petite rue, parce que celui-ci ne peut s'en charger lui-même. «J'ai beau faire de mon mieux pour nettoyer le trottoir pour qu'on puisse y circuler, à chaque tempête, les déneigeurs le recouvrent entièrement et envoient quasiment la neige sur ma galerie», se plaint-elle.
La difficulté d'accès à sa résidence après une bordée de neige compliquerait notamment la livraison du courrier, mais aussi les allées et venues de sa mère, une dame âgée aux prises avec des problèmes de santé et vivant au premier étage de sa demeure. Celle-ci pourrait se retrouver prisonnière chez elle si le trottoir devant sa résidence n'était pas entretenu adéquatement. «Je dois toujours tout déneiger pour permettre un accès rapide aux ambulanciers en cas d'urgence, dit Mme Dupaul qui doit parfois passer de deux à trois heures à pelleter la devanture de sa maison. S'il arrive quelque chose, ils ne peuvent pas entrer par la porte principale avec toute la neige sur le trottoir.»
Tous les détails dans notre édition de mardi