Le citoyen Bruno Bergeron s'est à nouveau plaint du cognement répétitif des portes arrière des camions lors du déchargement de la neige.

Déneigement: des améliorations à apporter

Le maire de Granby estime que la dernière tempête, qui a laissé 75 cm de neige sur la région, coûtera des centaines de milliers de dollars en frais de ramassage.
Afin d'accélérer le processus, la Ville a loué des équipements supplémentaires en plus d'augmenter le personnel attitré au chargement de la neige, a également indiqué Pascal­ Bonin, lors de son traditionnel « samedi matin du maire Bonin ». 
« Il y a eu du cafouillage à beaucoup d'endroits, mais ici, ça a relativement bien été. Mais soyons franc, cette tempête, c'était du jamais-vu », estime M. Bonin, avouant qu'il y aurait eu place à l'amélioration pour le déneigement. 
Selon le maire, « il y a quelque chose qui ne fonctionne pas comme il faut pour le déneigement ». « On a mis [François Méthot-Borduas, le directeur des travaux publics] sur le dossier. Il doit analyser tout ça pour que ça s'améliore. Quand on l'a engagé, ça a été son premier mandat », assure Pascal Bonin. 
« On va savoir dans quelques semaines combien cette tempête va nous avoir coûté, mais ça pourrait fort bien monter à plusieurs centaines de milliers de dollars », croit le maire. 
Plainte pour le bruit
Un citoyen qui habite le secteur du dépôt à neige a profité du rendez-vous du samedi pour se plaindre du cognement répétitif des portes arrière des camions lors du déchargement.
« Je veux juste dormir », s'est écrié Bruno Bergeron, excédé, qui avait formulé la même plainte en janvier 2016 lors d'une séance du conseil. 
Selon le résident de la rue Delorme, tout se passait bien depuis le début de l'hiver, jusqu'à ce que la grosse tempête frappe à nos portes. « On ne dort plus, on se fait réveiller à toute heure à cause du bruit... C'est un besoin primaire (de dormir) », a fait valoir M. Bergeron, qui dit subir « ce problème depuis 8 ans ».
Plusieurs solutions 
Le hic, c'est que la neige colle au fond des bennes. Les camionneurs, lors du déchargement, donnent un bref coup d'accélérateur, suivi d'un freinage, pour vider les camions. Mais ce faisant, les portes arrière claquent. « Nous avons essayé plusieurs solutions pour résoudre votre problème et rien n'y fait. Nous ne pouvons quand même pas arrêter le déneigement pour votre sommeil, alors que nous avons reçu une seule plainte dans les dernières années : la vôtre », a lancé Pascal Bonin. 
« On a dit aux camionneurs de faire attention. On a essayé du jus de betteraves pour que la neige ne colle pas au fond de la boîte, mais l'efficacité du produit n'est pas aussi grande qu'on pensait. Nous avons installé des bandes de caoutchouc et des coussins, sans grands résultats », a énuméré le maire. Il a toutefois promis de rappeler aux camionneurs de faire attention. 
Bruno Bergeron a suggéré à nouveau qu'un dépôt à neige par quartier ou district soit aménagé. Une option encore une fois rejetée par le maire, car les coûts d'aménagement d'un dépôt à neige sont élevés et les formalités techniques à remplir­ sont importantes.